Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Accueil et autonomisation : enseigner le français à des demandeurs d’asile

21 mars 2011

Enseigner le français à des demandeurs d’asile implique de mettre en œuvre une pédagogie favorisant l’autonomisation des personnes. Cette situation spécifique de formation rend aussi nécessaire de réfléchir à la posture d’accueil dans laquelle se trouve de fait le formateur.

Enseigner le français à des demandeurs d’asile implique de mettre en oeuvre une pédagogie favorisant l’autonomisation des personnes. Cette situation spécifique de formation rend aussi nécessaire de réfléchir à la posture d’accueil dans laquelle se trouve de fait le formateur. Nous proposons d’esquisser ici les contours de cette posture et d’examiner en quoi elle peut favoriser l’autonomisation par la rencontre de l’autre, dans le cadre d’une démarche actionnelle interculturelle.

Article  de Véronique Laurens paru dans le numéro 186 de la revue Education Permanente :

Presque trente ans après le n° 75 d’Education permanente (« Les transferts de connaissances. Vers une pédagogie interculturelle ? », 1984), le terme interculturel est devenu omniprésent en politique, en formation, en recherche, dans les discours du quotidien, et semble être accepté comme une évidence. Cela n’évite cependant pas les malentendus et l’on constate la persistance d’un interculturel simpliste et réducteur. De nombreux chercheurs et formateurs prennent en otage les concepts de culture (nationale) et d’identité culturelle pour former des typologies et des classifications d’altérité. Ces éléments prétendent expliquer, dans une logique causaliste, les relations qui s’établissent entre individus issus de pays et de langues différents. Cela correspond pleinement au « terrorisme de la cohérence » (Maffesoli) caractéristique de la modernité. L’incertitude et l’instabilité, caractéristiques de notre époque et de notre expérience humaine et sociale, mériteraient d’être intégrées clairement dans la conception de l’interculturel et de la formation qui l’accompagne. C’est ce que propose ce dossier d’Education permanente à partir des questions suivantes : comment la formation à l’interculturel peut-elle se positionner face aux turbulences de la vie sociale contemporaine ? Peut-elle contribuer à la compréhension de ces phénomènes et à la confrontation avec une socialité souvent imprévisible ? L’autonomie peut-elle être développée dans cette formation ?

À l’occasion de la parution de ce numéro, la revue Education permanente organise une journée d’études « Rencontres interculturelles et formation » le 22 juin au CNAM.

Le programme de la journée

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.