Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Languedoc-Roussillon

» retour

Accompagner les familles roms

Il s’agit, par cette démarche, de réaliser un accompagnement suivi de familles rroms (environ 80 personnes) afin de les aider à formuler leurs
souhaits, leurs revendications et un programme d’actions.

Il s’agit, par cette démarche, de réaliser un accompagnement suivi de familles roms (environ 80 personnes) afin de les aider à formuler leurs souhaits, leurs revendications et un programme d’actions :

  • Prise en compte de la personne dans sa totalité (et non seulement, « Nous, La Cimade, on aide pour les papiers »)
  • Formation réciproque des accompagnants et des accompagnés (en fonction des besoins induits au cours de l’action)

Nous n’avons pas posé de cadre pré-établi. Quant aux objectifs, c’est partager « un bout de chemin » avec ces familles, « vivre avec elles » afin que leur situation s’améliore. Cette démarche nous permet d’évoluer avec les personnes et de travailler souvent hors de nos champs habituels de compétence.

Pourquoi avoir mis en place cette action?

La législation de plus en plus dure et la marge d’action de plus en plus restreinte font que les champs d’action de la Cimade sont souvent limités. La défense des opprimés et la lutte contre le racisme restant notre objectif premier, nous pensons qu’il faut repenser notre action.

La rencontre avec une population rom installée à Béziers, notamment, nous a permis de mettre en œuvre de nouvelles pratiques. Dans ce cas particulier, nous sommes partis du constat que les discriminations et les problèmes rencontrés par les roms sont encore bien présents et difficiles à éradiquer. Aucun service ne s’en occupe vraiment : rejetés le plus souvent, parias de la société, régulièrement victimes de discrimination et de préjugés. Ils n’ont pas seulement « besoin des papiers », le champ d’intervention doit être plus général.

Pour permettre la défense de leurs droits et travailler avec eux (pas seulement pour eux) il faut accepter de prendre en considération la personne dans sa complexité. Conscients du fait que l’accueil « typique » ne pouvait pas aboutir (impossible d’imposer des horaires ou des conditions d’accueil, besoin de créer une confiance avant d’entamer toute démarche…) et que l’obtention des papiers était bien une nécessité, mais pas forcément la priorité, nous avons décidé de les accompagner dans toutes leurs démarches et d’être à l’écoute de tous les problèmes pour trouver (parfois inventer) ensemble des solutions.

Comment se déroule cette action?

Plusieurs membres de ces familles ont commencé à venir à La Cimade pour des problèmes de papiers en 2005. Prenant le temps de les écouter, nous nous sommes rendus compte que le champ d’action pouvait être beaucoup plus vaste, mais qu’il fallait d’abord changer « nos lunettes » et nos pratiques. Nous les avons laissés venir vers nous et, avec le temps, nous avons appris à nous connaître et à nous faire confiance réciproquement.

Nous ne nous sommes pas posés des objectifs précis. Nous avons essayé de répondre aux différents besoins (école, santé, procédures pénales, papiers, habitat…), en adaptant nos compétences au fur et à mesure et en gardant un côté participatif, tant pour les familles roms que pour les partenaires institutionnels et associatifs. En effet, il nous a paru important de sensibiliser et de créer un lien avec les différents services et institutions qui ont été amenés à intervenir auprès des familles roms (écoles, caisse primaire d’assurance maladie, services sociaux,…). De notre côté, si nous avons accordé une certaine «souplesse» dans les conditions d’accueil afin de rester à l’écoute des besoins et des problèmes soulevés, il nous a fallu limiter le suivi à cette seule population (d’autres communautés roms sont installées dans le bitterois).

Quels sont les résultats de cette action ?

Le résultat le plus important est sûrement la création d’une relation de confiance avec les familles roms. Nous sommes devenus des médiateurs et nous avons pu sensibiliser et agir avec des partenaires institutionnels et associatifs. La réalité et les conditions de vie de ces familles sont aujourd’hui mieux connues et nous avons pu avancer avec eux dans la défense de leurs droits.

Pour citer quelques exemples concrets d’action :

  • création d’un collectif composé des familles roms, de différentes associations et de citoyens biterrois. Ce collectif se réunit tous les 15 jours depuis mai 2006,
  • recherche, correction et obtention d’actes d’état civil,
  • tous les enfants sont aujourd’hui scolarisés, assiduité et bonne réussite,
  • toutes les familles ont une assurance maladie, des médecins traitants et un bon suivi,
  • un suivi du Conseil Général régulier (assistante sociale, PMI),
  • obtention de papiers pour certains (apatrides, titre étranger malade ou annulation APRF)
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.