Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Choucha : faire fuir les réfugiés à tout prix ?

28 novembre 2012

Communiqué de presse du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux

Choucha : faire fuir les réfugiés à tout prix ?
par Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux, mardi 27 novembre 2012, 14:58 ·

Communiqué de presse

Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux

26 novembre 2012

Le FTDES reçoit depuis jeudi dernier, 22 novembre 2012, des appels des réfugiés du camp de Choucha. Ce jour, une distribution de nourriture a eu lieu, des cartons de nourriture ont été distribués, mais pas à tous. Les réfugiés non-reconnus ont été exclus de la distribution, ainsi que certains réfugiés reconnus, dont au moins un mineur. Ces derniers se trouvent dans une situation absurde et contradictoire. Ils n’ont ni le droit de quitter le camp, ni le droit de travailler en Tunisie. Ils se trouvent néanmoins dans l’obligation de se rendre à Ben Guerdane pour y travailler afin de survivre. Cela alors même que l’on compte, parmi les personnes qui n’ont pas reçu de nourriture, des personnes vulnérables telles que des enfants et des femmes enceintes.

De plus, la fermeture progressive des services du camp fait courir aux réfugiés de nombreux risques. Le 11 novembre un incendie a éclaté dans le camp, faisant deux blessés du fait que la nourriture se cuisine désormais au gaz, à proximité des tentes qui peuvent prendre feu facilement.

L’ensemble de ces circonstances humanitaires dramatiques ne sont que révélatrices d’un problème qui reste principalement politique. Les réfugiés, reconnus ou non reconnus qui se trouvent au camp de Choucha ont besoin d’une protection internationale. Ils ont tous fui la même guerre en Libye, pays dans lequel ils ne peuvent retourner qu’au risque de leur vie ou de se faire arbitrairement enfermer et exploiter par des milices1. La seule solution réside donc dans le ré-examen des demandes d’asiles rejetées et dans l’ouverture par le HCR d’un nouveau programme de réinstallation pour les réfugiés qui se trouvent encore en Tunisie, afin qu’ils puissent partir pour des pays qui leur accordent le statut de réfugié. Le refus du HCR de prendre une telle décision vise à faire prendre par la Tunisie la responsabilité de ces réfugiés, alors même qu’ils ne souhaitent pas rester dans ce pays. Les réfugiés se retrouvent donc à payer le prix d’un rejet de responsabilités entre la Tunisie et le HCR, jusqu’à quand ?

 

Le Président du FTDES

Abderrahmane Hedhili

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.