Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Défendre les droits des migrant(e)s en mer

6 juin 2012

En mer, dans le lointain Océan indien ou en Méditerranée, la politique migratoire française et européenne tue.

Des milliers d’hommes et de femmes qui ont pris la mer sur des embarcations de fortune, faute de n’avoir obtenu de visa pour venir étudier ou travailler en Europe, meurent dans l’indifférence des Etats européens.

En mer, dans le lointain Océan indien ou en Méditerranée, la politique migratoire française et européenne tue.

Des milliers d’hommes et de femmes qui ont pris la mer sur des embarcations de fortune, faute de n’avoir pas obtenu de visa pour venir étudier ou travailler en Europe, meurent dans l’indifférence des États européens. Cette indifférence a atteint son niveau le plus choquant lorsque des marins, embarqués sur un navire de l’OTAN, ont sciemment ignoré un bateau d’immigrants en détresse et ne se sont pas détournés pour leur porter secours . Que les États européens et leurs forces de polices criminalisent les migrants, on s’y était presque habitué. Que des marins renient leur devoir de sauvetage en mer, c’est un fait qu’on a du mal à concevoir. Comme si en mer aussi, là où pourtant, plus qu’ailleurs, toutes les vies se valent, quelles que soient leurs nationalités, les personnes migrantes étaient véritablement devenus des « sous-hommes » ou des « sous-femmes ».

Pour dévoiler ce qui se joue aujourd’hui en mer, du fait du durcissement des politiques sécuritaires européennes mettant à mal le droit maritime international le plus fondamental, un réseau d’associations européennes et africaines ont lancé l’initiative Boat4people.

Il s’agit à la fois d’informer l’opinion publique, mais aussi d’ouvrir le débat au sein du monde de la mer, auprès des pêcheurs, des plaisanciers et des équipages de marine marchande pour réussir à constituer un réseau de veille et de défense des droits des migrant(e)s en mer. Enfin, Boat4people entame aussi une bataille juridique en poursuivant en justice les États, l’OTAN, Frontex ou leurs agents soupçonnés de violations des droits humains des personnes migrantes.

Une flottille pour enrayer l’hécatombe

En juillet 2012, une premier parcours en bateau sera ainsi organisé par Boat4people entre l’Italie et la Tunisie. L’équipage constitué de militant(e)s, de parlementaires, d’artistes et de journalistes s’arrêtera dans les ports pour participer à des rencontres et des débats.

D’autres mobilisations sont à venir. Restez informés sur le site de Boats4people.

Des artistes africains et européens ont choisi de soutenir le projet Boats4people, à travers 17 titres éclectiques sur les thématiques de la migration, de la mer et de la liberté. Ces titres sont disponibles en téléchargement au prix de 10 € entièrement au profit de Boats4people.

Pour aller plus loin suivre la série d’article sur la Méditerranée, cimetière migratoire, par Carine Fouteau de Médiapart. 

À noter aussi que la prochaine édition du festival Migrant’scène, qui aura lieu dans toute la France du 16 novembre au 2 décembre aura pour thème « mer et migrations ».

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.