Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Sud-Ouest

» retour

DEUX MINEURS ENFERMES AU CENTRE DE RETENTION DE BORDEAUX

28 octobre 2014

Deux mineurs au centre de rétention de Bordeaux Depuis le 9 octobre, deux mineurs sont enfermés au centre de rétention administrative de Bordeaux, en contradiction totale avec la loi. En tant que mineurs isolés étrangers, ils ont été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance du Département depuis leur […]

Deux mineurs au centre de rétention de Bordeaux

Depuis le 9 octobre, deux mineurs sont enfermés au centre de rétention administrative de Bordeaux, en contradiction totale avec la loi.

En tant que mineurs isolés étrangers, ils ont été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance du Département depuis leur arrivée sur le territoire. La préfecture de la Vienne a choisi de remettre en débat leur minorité sur la base de plusieurs éléments très contestables :

  • Des examens osseux  dont l’ensemble de la communauté scientifique s’accorde à remettre en cause l’efficience;
  • Des actes d’état civil, dont les services préfectoraux n’hésitent pas à revenir sur l’authenticité, et des documents d’identité alors qu’ils leur ont été délivrés par les représentations de leurs propres autorités sur le territoire français.
  • L’Administration française s’arroge la compétence de remettre en cause de tels documents d’identité délivrés par des services administratifs d’États étrangers. Là encore, elle outrepasse son pouvoir.

Tous ces éléments démontrent l’acharnement dont sont victimes ces deux jeunes. Ils sont privés de leur liberté depuis plus de dix jours, dans un lieu d’enfermement où ils n’ont pas leur place en tant que mineur, en attente de leur expulsion vers un pays où ils ne bénéficient plus d’aucune attache parentale.

La Cimade dénonce cet acharnement de la préfecture de la Vienne à l’égard de ces deux jeunes garçons. C’est la marque d’une politique aveugle menée contre les étrangers, notamment les plus vulnérables.

La Cimade demande la libération immédiate de ces deux mineurs et la régularisation de leur situation.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.