Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Sud-Ouest

» retour

Difficile de demander l’asile en Ariège

22 décembre 2016

La famille Dalipi a fui l’Albanie où elle était victime de persécutions.  Le couple décide de fuir et de partir demander l’asile en France. ils partent avec leurs 3 enfants, laissent tout derrière eux.  Lundi 19 décembre, après une semaine à dormir dehors, ils rassemblent leur papiers, leur passeports et […]

La famille Dalipi a fui l’Albanie où elle était victime de persécutions. 

Le couple décide de fuir et de partir demander l’asile en France. ils partent avec leurs 3 enfants, laissent tout derrière eux.

 Lundi 19 décembre, après une semaine à dormir dehors, ils rassemblent leur papiers, leur passeports et vont tous les 5 à la préfecture de Foix pour déposer une demande d’asile.

 Plutôt que de leur donner un dossier de demande d’asile, la préfecture de l’Ariège préfère leur donner une obligation de quitter le territoire assortie d’une interdiction de revenir en France pendant 2 ans et un placement au Centre de rétention administratif de Toulouse.

 Le juge des libertés et de la détention a validé hier cette décision estimant qu’ils pouvaient demander l’asile au centre de rétention et que comme la préfecture ne les avait pas préalablement convoqué, leur interpellation n’était pas déloyale. Il ajoute que leur placement n’est pas incompatible avec les dispositions de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme « dès lors notamment que le centre de rétention de Cornebarrieu était habilité à recevoir des familles ». Il prolonge donc de 28 jours leur placement en rétention

 La Cour d’appel doit se prononcer sur cette décision jeudi 22 décembre et le tribunal administratif de Toulouse, saisi de la légalité de l’obligation de quitter le territoire doit statuer dans les jours à venir.

 La Cimade rappelle que les centres de rétentions ne sont pas des lieux destinés à l’examen des demandes d’asile.

 La Cimade rappelle que les enfants n’ont pas leur place en rétention et que la France a été condamnée à cinq reprises par la Cour européenne des droits de l’homme, dont quatre affaires provenaient du CRA de Toulouse, le 12 juillet dernier, pour l’enfermement des familles avec enfants mineurs en rétention.

 La Cimade demande la libération immédiate de ce couple et de leurs 3 enfants.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.