Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Sud-Ouest

» retour

Entre hôpital et centre de rétention : une personne gravement malade en voie d’expulsion à Bordeaux

14 décembre 2016

Bordeaux, le 14/12/2016 En France, les droits des personnes malades bafoués Entre hôpital et centre de rétention : une personne gravement malade en voie d’expulsion à Bordeaux Monsieur S., de nationalité algérienne, a été placé au centre de rétention administrative de Bordeaux le 5 décembre 2016 par la préfecture du Lot-et-Garonne, […]

lacimade_sudouest_fondrouge

Bordeaux, le 14/12/2016

En France, les droits des personnes malades bafoués

Entre hôpital et centre de rétention : une personne gravement malade en voie d’expulsion à Bordeaux

Monsieur S., de nationalité algérienne, a été placé au centre de rétention administrative de Bordeaux le 5 décembre 2016 par la préfecture du Lot-et-Garonne, en vue de mettre à exécution une mesure d’expulsion. Quatre jours plus tard, il est admis aux urgences de l’hôpital Pellegrin en raison de graves problèmes de santé, connus de l’administration préfectorale. La gravité son état est telle qu’un transfert vers l’hôpital Purpan de Toulouse est prévu à brève échéance en vue de procéder à l’amputation d’un membre

Hier soir, il a finalement été renvoyé vers le centre de rétention, le Préfet du Lot-et-Garonne considérant que l’expulsion était bien plus importante que l’état de santé de cet homme.

Les ministères de la santé et de l’intérieur ont été alertés : ils doivent stopper cette expulsion.

Alors que Monsieur S. nécessite un suivi et des soins urgents, son maintien en rétention et la tentative d’expulsion sont incompréhensibles et inadmissibles.

Enfin, rien ne vient garantir l’effectivité d’un  accompagnement médical en Algérie. Le renvoyer en Algérie équivaut à mettre sa vie en danger, au mépris des textes légaux de protection des étrangers.

La Cimade demande la libération immédiate de Monsieur S. dans le respect du droit français et du droit international.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.