Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

FTDES – Les conséquences de la fermeture du camp de réfugiés de Choucha

27 juin 2013

Communiqué du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. Le camp de Choucha, ouvert en 2011, a accueilli plusieurs milliers de personnes arrivées de Libye. Durant plus de deux ans, plusieurs ONG ainsi que les populations sont venu en aide aux réfugiés. Aucun État et aucune organisation internationale n’a pris de mesure pour que l’ensemble des réfugiés trouve une solution dans un pays doté d’un système d’asile effectif.

Tunis, le 27 juin 2013

Le camp de Choucha, ouvert en 2011, a accueilli plusieurs milliers de personnes arrivées de Libye. Durant plus de deux ans, plusieurs ONG ainsi que les populations sont venus en aide aux réfugiés. Cependant, plusieurs incidents ont entaché l’histoire de ce camp. Des réfugiés ont perdu la vie, d’autres ont perdu toute opportunité de continuer une vie normale dans un pays stable et sûr. Les rejets de demande d’asile et de réinstallation concernent encore plusieurs centaines de personnes. Aucun État et aucune organisation internationale n’a pris de mesure pour que l’ensemble des réfugiés trouve une solution dans un pays doté d’un système d’asile effectif. Cela malgré le fait qu’aucune loi sur l’asile n’existe en Tunisie. De plus, de nombreuses erreurs d’appréciation des dossiers d’asile de la part du HCR ont été relevées sans que ces personnes ne bénéficient de ré-examen. Enfin, les coupures d’eau et d’électricité ainsi que l’absence de distribution de nourriture pour les réfugiés non-statutaires a encore accentué la vulnérabilité de ces personnes. Le FTDES s’adresse donc en premier lieu au HCR ainsi qu’aux États de potentielle réinstallation afin d’assurer que les quelques centaines de personnes qui vivent encore au camp bénéficient d’une réinstallation pour les statutaires et d’une réouverture de leur dossier pour les non-statutaires.

Parallèlement, la Tunisie a réagi à la situation humanitaire, mais n’a prévu aucun statut juridique garantissant des droits à cette population. A ce jour, nous ne comptons aucune garantie solution de carte de séjour ou de relogement pour les habitants du camp qui devront le quitter. Le bilan du camp de Choucha est donc sombre, et les conséquences de sa fermeture risquent de l’être pareillement si aucune mesure urgente n’est prise. Devant le retrait des organisations internationales du camp de Choucha nous appelons donc à régulariser le séjour et à trouver une solution d’hébergement d’urgence pour l’ensemble des réfugiés qui se trouvent au camp de Choucha.

Sans que ces mesures soient prises dans les plus brefs délais, les réfugiés risquent de se trouver en Tunisie sans logement ni possibilité de travailler légalement, d’avoir accès à la justice, à l’éducation ou à la santé. Vulnérables et sans possibilité de circuler sur le territoire, ces personnes pourront se retrouver victimes d’actes racistes sans possibilité de porter plainte. Qu’adviendra-t-il des enfants des réfugiés qui, ne pouvant se tourner vers leurs ambassades, ne pourront non plus bénéficier de la nationalité tunisienne ? Devrons nous voir grandir en Tunisie une génération de sans-droits et d’apatrides ?

Devant cette situation le FTDES condamne fermement l’irresponsabilité du HCR, des pays qui n’ont pas ou trop peu accueilli ces réfugiés en danger. Nous demandons :

  • la réouverture des dossiers des réfugiés dont la demande d’asile a été rejetée
  • la réinstallation de tous les réfugiés dans des pays dotés de systèmes d’asile effectifs
  • le logement d’urgence et la régularisation du séjour de toutes les personnes vivant à Choucha

 

Télécharger en pdf

» Télécharger le document

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.