Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Ile-de-France Champagne Ardennes

» retour

Hausse de tensions ces derniers jours au Mesnil-Amelot

25 juin 2010

Depuis le week-end dernier, le centre du Mesnil-Amelot a connu deux tentatives de suicide. Deux personnes se sont également tailladé le corps, et plusieurs retenus sont tombés malades à la suite d’un repas de qualité très douteuse. Présente à l’intérieur de ce centre dans le cadre de sa mission d’aide à l’exercice effectif des droits des retenus, La Cimade tient à faire part publiquement de ses propres observations sur ces événements.

Depuis le week-end dernier, le centre du Mesnil-Amelot a connu deux tentatives de suicide. Deux personnes se sont également tailladé le corps, et plusieurs retenus sont tombés malades à la suite d’un repas de qualité très douteuse.

Ces événements ont suscité l’indignation de nombreuses personnes. Des témoignages de retenus recueillis par téléphone ont circulé par email, des appels à mobilisation sont en train de voir le jour.

Présente à l’intérieur de ce centre dans le cadre de sa mission d’aide à l’exercice effectif des droits des retenus, La Cimade tient à faire part publiquement de ses propres observations sur ces événements.

L’« intoxication alimentaire » dont certains retenus ont été victimes a été un élément traumatisant pour tout le monde, déclencheur d’angoisse dans un lieu déjà largement anxiogène.

Au delà des crispations autour des difficultés matérielles de la rétention, La Cimade s’inquiète tout particulièrement de cette escalade de violence quotidienne que les retenus retournent contre eux-mêmes face à la violence institutionnelle de cet univers carcéral.

En l’espace de quatre jours, au Mesnil-Amelot, ce sont deux personnes qui ont tenté de se pendre. L’un a été libéré le lendemain suite à son hospitalisation. Le second a quant à lui été embarqué vers la Chine sans avoir pu faire valoir ses droits, ayant passé la quasi totalité de ces deux jours de rétention à l’hôpital. Deux autres personnes se sont auto-mutilées en se tailladant le corps. L’une est toujours au centre de rétention, l’autre a été libérée le 22 juin.

Ces dernières semaines, les intervenants de La Cimade ont rencontré au Mesnil-Amelot :
– un demandeur d’asile qui venait d’arriver en France ;
– un ressortissant Européen ;
– des personnes interpellées en toute illégalité ;
– des étrangers malades que l’administration a voulu expulser ;
– un Congolais qui avait de telles craintes en cas de retour que la Cour Européenne des Droits de l’Homme a ordonné à la France de suspendre son éloignement ;
– un étranger victime de la double peine ;
– une personne âgée vivant en France depuis 20 ans ;
– des parents d’enfants scolarisés en France ;
– un futur papa ;
– un concubin de Française ;
– des personnes issues de pays en situation de conflit généralisé (Sri-Lanka, Palestine, Irak, Afghanistan, Somalie)…

Ces situations révèlent les conséquences d’une politique qui considère l’enfermement des étrangers comme un instrument banal, alors qu’il ne peut produire que violations des droits et de la dignité des personnes.

Nous craignons que de telles situations se multiplient dans le nouveau complexe carcéral qui est en train de voir le jour au Mesnil-Amelot, puisque demain ce ne seront plus 140 personnes qui y seront retenues quotidiennement, mais 380. Et ce, sans compter qu’un projet de loi examiné au mois de septembre prochain risque d’allonger plus encore la durée de rétention…

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.