Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

L’AME manifeste son opposition à la visite de Brice Hortefeux au Mali

27 novembre 2007

L’Association Malienne des Expulsés réagit à la venue au Mali de Brice Hortefeux, ministre français de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement.

L’AME (Association des Maliens Expulsés) est l’un des partenaires de La Cimade au Mali. Elle a diffusé le 26 novembre 2007 le communiqué suivant :

(ATT : sigle habituel au Mali pour désigner Amadou Toumani Touré, Président de la République)

« Brice Hortefeux le ministre français de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du co-développement séjournera au Mali mardi 26 novembre 2007 et mercredi 27 novembre 2007 au Bénin. Ce voyage a pour but « d’instaurer une relation de confiance et de partenariat » avec le Mali d’une part et de l’autre « finaliser un accord de gestion des flux migratoires » avec le Bénin.

Le silence complet du gouvernement malien sur ce voyage traduit le mépris habituel qu’il porte à son opinion publique. L’AME rappelle tout d’abord que Brice Hortefeux est ce ministre des “expulsions” qui se fixe pour objectif d’obtenir 25.000 expulsions d’immigrés par an de France et la remise en cause de la situation administrative de 125.000 immigrés de toutes nationalités confondues.

Les tentatives de ce gouvernement de faire signer au Mali un accord de
réadmission des expulsés se sont heurtées jusqu’ici à la réprobation unanime que soulèvent les expulsions brutales, inhumaines et illégales de la France. Pour ces raisons, ATT et son gouvernement ont refusé de signer cet accord en décembre 2006 notamment lors de la visite au Mali de Brigitte Girardin, précédemment Ministre française déléguée à la coopération, eu développement et à la francophonie. Ce refus légitime est resté, somme toute, inconséquent et hypocrite car le gouvernement malien non content de laisser faire et fermer les yeux sur l’escalade des expulsions quotidiennes de France sur les vols d’Air France, la CAM et la Royal Air Maroc, se décharge ensuite complètement de l’accueil et de l’assistance aux expulsés.

C’est l’Association des Maliens Expulsés, seule, qui assume sans moyen ce devoir de solidarité et d’assistance, alors qu’il existe un prétendu « Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur » qui affiche un mépris pour le sort des expulsés sous prétexte qu’ils ne sont « plus maliens de l’extérieur » dès lors qu’ils sont expulsés !

La France viendrait-elle arracher de force et par la corruption un accord de réadmission ? Tout le laisse à croire quand on voit que la visite du ministre des expulsions se fait dans une discrétion inquiétante. ATT va-t-il persister dans le refus ? Ou bien va-t-il s’incliner à nouveau devant les « dons » de la France et de l’Union européenne, en allant en l’encontre des intérêts du Mali ?

Dans la même logique, l’Union Européenne vient de signer avec le gouvernement un accord de financement d’un Centre d’information et de gestion de l’émigration, véritable tour de contrôle intérieur qui vient s’ajouter à la surveillance des frontières terrestres et maritimes africaines par l’opération militaire Frontex.

ATT, récemment rendu en France, s’est abstenu de commenter la nouvelle loi anti-immigré d’Hortefeux comprenant, entre autres, le contrôle des hommes par les tests ADN.

L’Association Malienne des Expulsés tient à élever la plus ferme protestation contre l’accueil du ministre Brice Hortefeux par le gouvernement malien. L’AME considère que toute « relation de confiance et de partenariat  » avec le gouvernement de Sarkozy risque d’aboutir à un contrôle dangereux des migrations. De plus, l’État français va demander à l’administration malienne de se salir les mains à sa place. C’est une insulte à notre peuple.

L’Association Malienne des Expulsés appelle toute la population de Bamako, éprise de justice et de démocratie, à se joindre massivement à sa manifestation le mardi 27 novembre à 14 heures à son siège. (marché Fadjiguila – Korofina).
L’AME met solennellement en garde le gouvernement malien contre la signature de tout accord visant l’expulsion de Maliens de France.

Non aux lois contre l’immigration !

Halte aux expulsions

Régularisation de tous les sans papiers en France et ailleurs

Liberté de circulation des hommes au même titre que les capitaux

Non au co-développement, alternative hypocrite à l’émigration

Non aux test ADN et aux quotas de migrations : les hommes ne sont pas du bétail

Bamako, le 26 Novembre 2007″

L’Association Malienne des Expulsés et son collectif de soutien
Le Président, Monsieur Ousmane Diarra
Association Malienne des Expulsés A.M.E.
Site de l’Association Malienne des Expulsés

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.