Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Le nombre de victimes de la traite augmente dans l’Union européenne

6 juin 2013

La Commission européenne a publié, le 15 avril dernier, son premier rapport (disponible en anglais seulement) sur la lutte contre la traite des êtres humains dans l’Union européenne.

La Commission européenne a publié, le 15 avril dernier, son premier rapport (disponible en anglais seulement) sur la lutte contre la traite des êtres humains dans l’Union européenne.

Ce rapport dévoile ainsi que le nombre de victimes identifiées ou présumées de la traite des êtres humains à l’intérieur de l’Union et en provenance de pays tiers a augmenté de 18% entre 2008 et 2010. Au cours de cette période, 23 632 hommes, femmes et enfants ont été victimes de la traite. 68 % étaient des femmes et la majorité étaient victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle.

Les personnes victimes de traite identifiées ou présumées étaient d’abord originaires de pays de l’Union européenne. Il s’agissait notamment de Roumains et de Bulgares. Ensuite, la plupart des victimes originaires de pays tiers étaient nigérians ou chinois.

Malgré cette situation préoccupante, seuls 6 États membres de l’Union sur 27  ont, à ce jour (15 avril), pleinement transposé dans leur droit national la directive européenne concernant la lutte contre la traite des êtres humains, et 3 pays n’ont notifié qu’une transposition partielle de cette directive, alors que le délai de transposition a expiré le 6 avril 2013. Si elle était pleinement transposée, la directive européenne pourrait améliorer le sort des victimes et prévenir la progression de ce phénomène.

La France a tout récemment transposé cette directive dans son droit interne. Des débats ont eu lieu à l’Assemblée nationale, le 15 mai, ainsi qu’au Sénat, le 27 mai, débouchant sur l’adoption d’un projet de loi portant diverses dispositions d’adaptation dans le domaine de la justice en application du droit de l’Union européenne et des engagements internationaux de la France. Ce projet de loi transpose non seulement la directive européenne sur la traite mais aussi plusieurs décisions-cadre européennes dans le domaine pénal qui auront des conséquences importantes pour les étrangers en prison.

Lien vers le projet de loi modifié par le Sénat. 

Voir l’article paru antérieurement sur le site de La Cimade « Pas de statut de réfugié pour les personnes victimes de la traite ? » 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.