Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Sud-Est

» retour

Marseille
Déroulé et vidéos du 18 décembre 2015

31 mars 2016

La journée internationale des migrants est également une journée mondiale d’action des Forum Sociaux Mondiaux, en faveur des migrants, demandeurs d’asile, réfugiés, y compris sans-papiers. Nous en avons fait une semaine d’action avec des films et débats, des conférences, et une manifestation publique, festive, participative et engagée. Le groupe de […]

La journée internationale des migrants est également une journée mondiale d’action des Forum Sociaux Mondiaux, en faveur des migrants, demandeurs d’asile, réfugiés, y compris sans-papiers.
Nous en avons fait une semaine d’action avec des films et débats, des conférences, et une manifestation publique, festive, participative et engagée. Le groupe de préparation était collectif ; la démarche est que chaque association peut préparer l’activité ou action qu’elle veut, mais elle l’inscrit dans cette semaine, elle y invite tout le monde, et nous annonçons ensemble nos activités. une action est préparée conjointement, la manifestation de rue.
Elle s’est déroulée à nouveau sous l’ombrière du vieux port à Marseille. Malgré diverses difficultés liées au contexte

Elle s’est déroulée de la façon suivante :
Nous nous sommes rassemblés autour d’une carte du monde sans frontière ni pays. Nous y avons marqué des murs de séparation à l’encontre des migrants et réfugiés : Ceuta et Melilla, entre la Grèce et la Turquie, à Lampedusa, en Hongrie, en Palestine, à Calais… Certains murs ont été refaits en grand, au milieu des participants, avec des cubes de carton.
Après un mot d’accueil et une minute de silence pour les morts aux frontières, nous avons chanté, sur l’air des « P’tits papiers », « Laissez passer les sans-papiers », ce qui a amené le monsieur des Renseignements Généraux à me demander de ne plus le chanter, sinon il devrait prévenir la Préfecture qui, très probablement, ferait arrêter la manifestation…
Puis, nous avons parcouru les divers murs en écoutant ou lisant des témoignages ou poèmes.
Puis nous avons appelé à faire tomber les murs.
Nous avons alors évoqué des murs invisibles : les préjugés. Nous avions marqué une douzaine d’entre eux sur des assiettes en carton que nous avons distribuées aux participants. En écoutant de courts textes sur les préjugés concernant les « étrangers », tout le monde avait pour consigne de se mettre l’assiette devant les yeux, pour signifier que les préjugés aveugles. Puis, quand chacun le souhaitait, il devait jeter l’assiette par terre.
Troisième étape : un petit groupe de jeunes mineurs isolés, mené par une danseuse qui avait préparé avec eux, a fait le tour des participants pour aller leur parler et se présenter. Puis, la danseuse a appelé tout le monde à participer à une petite chorégraphie pour terminer dans la fête.

 

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.