Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Mobilisations des travailleurs sans-papiers

16 mai 2008

En avril 2008, quelques trois cents étrangers, soutenus par la CGT et «Droits devant!», occupaient leurs entreprises et demandaient leur régularisation. La mobilisation s’est rapidement étendue et ce sont plus de 1000 dossiers qui ont finalement été déposés dans les préfectures d’Ile de France.

Suite à l’annonce fin 2007 d’une possibilité de régularisation par le travail, un immense espoir est né chez les travailleurs sans-papiers, vite démenti par la publication en janvier 2008 d’une circulaire extrêmement restrictive limitant les possibilités de régularisation à une liste de 30 métiers qualifiés.

La mobilisation des syndicats, des associations et des collectifs de sans papiers a permis aux travailleurs sans-papiers de se regrouper. En avril 2008, quelques trois cents étrangers, soutenus par la CGT et « Droits devant ! », occupaient leurs entreprises et demandaient leur régularisation.

La mobilisation s’est rapidement étendue et ce sont plus de 1000 dossiers qui ont finalement été déposés dans les préfectures d’Ile de France. Si certaines, comme les Hauts de Seine, ont procédé à des régularisations, d’autres comme Paris, commencent à peine l’examen des dossiers. Aujourd’hui, partout en France, des initiatives commencent à voir le jour.

Une lettre adressée au Premier Ministre

Les secrétaires généraux de la CGT et de la CFDT et les présidents de la Ligue des Droits de l’Homme et de la Cimade ont adressé le 29 avril un courrier au Premier Ministre, François Fillon, pour lui demander « la tenue d’une réunion qui, sous son autorité, puisse rassembler les différents interlocuteurs – ministères concernés, organisations syndicales, organisations patronales, associations de défense des droits des étrangers et représentants des étrangers sans-papiers -, afin que soit dégagés les voies et moyens d’un règlement juste et adapté à la situation actuelle des travailleurs sans-papiers. »

Dans sa réponse, adressée le 6 mai aux présidents et secrétaires généraux des organisations signataires, le Premier Ministre réaffirme le principe de l’immigration choisie, le refus de toute régularisation globale, et renvoie à une étude au cas par cas des dossiers en préfecture.

Cette position, qui s’inscrit dans la droite ligne de la politique habituelle du gouvernement en la matière, s’accompagne toutefois d’une volonté affichée de maintenir le dialogue avec les syndicats et les associations.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.