Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Outre-Mer

GUADELOUPE GUYANE LA RÉUNION MAYOTTE

» retour

Pour l’arrêt des violences et le rétablissement de l’État de Droit à Mayotte

26 mai 2016

Communiqué de presse – Action collective pour l’arrêt des violences et le rétablissement de l’État de Droit à Mayotte

 

En dépit des alertes lancées, la situation à Mayotte n’a cessé de se dégrader ces derniers mois, mettant gravement en cause l’Etat de droit. Cette situation appelle désormais une réaction unanime et forte de la part de la société civile et des autorités responsables.

Dans une impunité qui semble totale jusqu’ici, on constate en effet à Mayotte que des exactions violentes et répétées, annoncées à l’avance, sont commises par des « collectifs » de villageois, prétendant se faire justice, à l’encontre d’habitants, en raison de leur origine réelle ou supposée. Plus de 1000 personnes, dont de nombreux enfants, ont  ainsi été chassés de leurs habitations et jetés de vive force à la rue, au su et au vu  des forces de l’ordre, dans ces opérations de « nettoyage ».

Indépendamment des complexités et contradictions d’un contexte historique qui perdure au sein de l’archipel des Comores, rien ne saurait justifier de telles violations des droits humains.

Les organisations signataires dénoncent avec force, les expulsions forcées visant  sans distinction des « étrangers » d’origine comorienne. De telles pratiques sont totalement incompatibles avec les valeurs et règles de la République qui n’existe pleinement que dans le respect des libertés, de l’égalité et de l’universalité des droits.

La Réunion est particulièrement concernée au titre de la solidarité indianocéanique et à raison des menaces que la poursuite de ces violences ferait peser sur la cohésion sociale réunionnaise.

Face à l’urgence et afin de mettre un terme rapide à ces exactions insoutenables, les organisations signataires représentatives de la société civile réunionnaise, entendent agir de concert, en vue d’obtenir des mesures immédiates.

– Nous demandons à toutes les forces vives de la société mahoraise de contribuer positivement à l’apaisement, en s’appuyant sur les valeurs d’humanité et de fraternité;

– Nous demandons spécialement aux autorités traditionnelles et aux élus de la République à Mayotte, non seulement d’éviter toute expression pouvant s’assimiler à des appels à la haine, mais de condamner publiquement tout recours à la violence;

– Nous demandons aux autorités de la République de prendre toute mesure immédiate pour rétablir l’état de Droit et donner une suite judiciaire aux actes commis.

– Nous demandons aux plus hautes autorités françaises et comoriennes, d’assumer dans toutes leurs dimensions concrètes, leurs responsabilités, les appelant à créer les conditions d’un dialogue authentique pour une nécessaire coopération permanente.

Les associations signataires entendent poursuivre leur action concertée en vue  d’obtenir des résultats concrets en matière de sécurité et de paix sociale à Mayotte et  de contribuer à un avenir humain dans l’Océan Indien.

Nous appelons tous les réunionnais, au-delà de leur confession ou opinion, et spécialement les responsables associatifs, civils et politiques, à se joindre à nous pour exprimer une commune solidarité réunionnaise face à la crise que traverse Mayotte.

Nous les invitons dans cet esprit à participer à un rassemblement sur le Parvis des Droits de l’Homme le samedi 28 mai à 11H00.

– Pour l’arrêt immédiat des violences collectives à Mayotte ;

– Pour le rétablissement de l’état de droit dans l’Île;

– Pour une paix sociale durable à Mayotte;

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.» (Matin Luther King)

 

Saint-Denis, le 25/05/2015

 

Les premières organisations signataires :

Association Hamahamet Comores Réunion       (HCR)

Ancienne école Damase Legros Chaudron Ste Clotilde.

Kassim M’BAE

  cran

Erick MURIN

 

 FCPE974

6 rue du Corbusier

97470 Saint-Benoît  Daniel AMOUNY

cimade-outre mer groupe local de La Réunion

C/O CROUS, 20 avenue Hippolyte Foucque – 97490 Sainte-Clotilde –

Françoise MILLOT

  amr

Association Musulmane de La Réunion

77 rue Maréchal Leclerc 97400 Saint-Denis

Houssen AMODE

 

GENERATION YAKWELI

46 Rue du Stade de l’Est
97490 Saint-Denis

Mihidoiri ALI

cemea

43 route du Moufia, 97490 Sainte Clotilde

Pascal GASCOIN

ligue enseignement

24 Rue Jean Cocteau, 8 Résidence Anaxagore

Frédéric SALVAN

maecha mema

MAECHA  MEMA (Mieux vivre)

2 chemin Paulo Tilmar – 97410 St Pierre

Mohamed BOURA

amnesty

Groupe de la Réunion

Monique BERTHOU

ldh

20 rue Lislet Geoffroy 97490 Ste-Clotilde

Isnelle GOULJAR

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.