Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Décès de Roby BOIS, secrétaire général de La Cimade de 1973 à 1984

26 décembre 2009

Le Conseil d’administration et tous les membres de La Cimade ont la tristesse de faire part du décès le 24 décembre de Roby BOIS, secrétaire général de La Cimade de 1973 à 1984.

Le Conseil d’administration et tous les membres de La Cimade ont la tristesse de faire part du décès le 24 décembre de Roby BOIS, secrétaire général de La Cimade de 1973 à 1984.

Pasteur de l’Eglise réformée de France, Roby BOIS s’installe dès 1950 dans un village des Aurès. Pendant près de 10 ans, il vit aux côtés des Algériens et restera toute sa vie passionné et marqué par l’Algérie. « Précisément là, dans l’Aurès, où tout va commencer, un des premiers témoins de l’horreur, de la rage, de la honte. (…) Peu à peu, l’Évangile devient pour moi un combat concret pour la Justice. (…)

Avec Georges Casalis et les théologiens de la libération, la guerre ici m’entraîne sur un chemin que j’avais négligé jusque là : relire nos textes fondateurs, les grands textes théologiques, et leur maître-mot : Libération. (…) Et c’est alors un pas décisif, libérateur : le passage du service à la solidarité, de la charité à la Justice, de l’aide à la participation à un combat inlassable pour un monde plus humain. Sans illusion certes, mais sans baisser les bras, cherchant à « résister aux pessimismes pour rester lucide sans morosité, militant sans naïveté » comme je le dirai plus tard à La Cimade (…) »

Troublante coïncidence, Roby BOIS prend ses fonctions de secrétaire général de La Cimade le 11 septembre 1973, jour du coup d’État au Chili et de la mort de Salvador Allende. Pendant plus de 10 ans, il dirige l’association investie dans la solidarité avec les peuples d’Amérique latine et d’Afrique, l’accueil des réfugiés, la lutte pour le respect des droits des travailleurs migrants, la défense des droits de l’Homme.

A partir de 1984, Roby BOIS poursuit et termine sa carrière professionnelle comme conseiller social à l’Ambassade de France à Alger où il s’emploie à régler par la négociation le sort des enfants des couples mixtes franco-algériens séparés.

Roby BOIS venait de publier l’été dernier « Sous la grêle des démentis : Récits d’Algérie, 1948-1959 » (Éditions L’Harmattan), un premier ouvrage de mémoires. La maladie ne lui aura pas laissé le temps d’écrire celui qu’il voulait consacrer à ses années passées à la tête de La Cimade.

La Cimade adresse à sa famille, à ses proches, tout le témoignage de son affection.

Elle gardera pour l’accompagner le souvenir d’un homme d’une foi et d’une espérance inébranlables :

« On voulait vérifier. On a vérifié. « Les forces qui permettent la libération existent et agissent ». On voulait vérifier tout ce qui tisse notre espérance et notre combat, et, pour ma part, je désirais vérifier avec les autres, si je suis vraiment « optimiste », comme on me le dit souvent ; nous voulions vérifier cette rumeur et ce chant d’espérance qui nous font marcher, et l’amplifier, s’il se peut, par les autres. (…) Avec des millions de femmes et d’hommes, chrétiens et non-chrétiens, nous partageons cette affirmation subversive : l’homme est possible, il a un avenir (…).

Ce possible, il faut le voir, s’oppose à toutes les forces de mort, comme une insurrection contre la mort, et contre ce que nos frères d’Amérique centrale appellent la « théologie de la mort » ; possible s’oppose à fatal, nécessaire, inéluctable, façonné par les puissances et les puissants ; possible s’oppose à absurde, impossible, sans espérance, ni avenir (…). Possible s’oppose à tous les « à quoi bon ? » du monde, à tous les « il n’y a rien à faire », à tous les « cela est impossible aux hommes ». (Roby Bois : « Cela porte un très beau nom, cela s’appelle l’aurore », Percées d’espérance, Octobre 1984)

Un service sera célébré le 29 décembre 2009 à 11h
Au temple protestant
1, rue de Brueys
Montpellier

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.