Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Frontières européennes. Défense d’entrer ?

2 juin 2016

Alors que les naufrages continuent de faire l’actualité chaque semaine et que des milliers de Syriens sont contraints de fuir leur pays, l’Union européenne cherche par tout moyen à fermer ses portes et à refouler les personnes.

À l’occasion de la sortie du rapport Frontières européennes. Défense d’entrer ? La Cimade décrypte, à partir d’observations de terrain, les logiques des politiques migratoires européennes et la mécanique de contrôle et de tri à l’œuvre dans trois lieux symptomatiques : Calais, Ceuta et Melilla et Pozzallo en Sicile.

Alors que les naufrages continuent de faire l’actualité chaque semaine et que des milliers de Syriens sont contraints de fuir leur pays, l’Union européenne cherche par tout moyen à fermer ses portes et à refouler les personnes. À travers trois missions de terrain réalisées aux frontières extérieures de l’espace Schengen et son travail d’analyse des décisions européennes, La Cimade constate en effet un durcissement des politiques migratoires, au mépris des droits fondamentaux des personnes migrantes. La logique de dissuasion et de répression s’intensifie et franchit un cap avec l’accord signé avec la Turquie le 18 mars dernier.

De nouveaux dispositifs censés répondre à la « crise » sont mis en place, comme l’approche hotspot, mais en réalité ils s’inscrivent dans la continuité des politiques en œuvre ces dernières années visant à limiter et filtrer l’accès au territoire européen.

Le droit d’asile lui-même est menacé par le renforcement de cette logique de tri et de contrôle.

Le dysfonctionnement de la relocalisation des réfugiés révèle la résistance des États membres à mettre en place des politiques d’accueil communes. Le droit, qui permet dans certains cas de protéger les personnes migrantes, est tantôt ignoré, contourné, non respecté, voire utilisé comme outil pour légaliser des pratiques jusque-là illégales.

Les missions ont aussi permis de constater les nombreuses solidarités qui se tissent aux frontières, le développement des mobilisations des associations, des citoyens, des personnes migrantes. Valoriser ces solidarités, porter un regard positif sur les migrations est essentiel. Cela fait partie des recommandations que La Cimade adresse à l’UE et à ses États membres dans son rapport Frontières européennes. Défense d’entrer ? Il est temps de tirer les leçons de l’échec et du coût humain intolérable des politiques menées depuis des décennies.

 

Un rapport et des missions en partenariat avec :

Logos_Partenaires

 

Télécharger le rapport ici.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.