Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Incendie au CRA de Marseille, les droits des retenus bafoués

14 mars 2011

Mercredi  9 mars vers 16 heures un grave incendie a ravagé le centre de rétention de Marseille. 51 étrangers en situation irrégulière y étaient retenus. Pris en charge par les pompiers, ces personnes sont restées dans la cour du centre de rétention pendant près de six heures. Leurs vêtements étaient […]

Mercredi  9 mars vers 16 heures un grave incendie a ravagé le centre de rétention de Marseille. 51 étrangers en situation irrégulière y étaient retenus.

Pris en charge par les pompiers, ces personnes sont restées dans la cour du centre de rétention pendant près de six heures. Leurs vêtements étaient inadaptés, certains étaient chaussés de tongs. Pendant ces six heures ils n’ont pas eu d’accès au téléphone, ni à des toilettes. Aucune prise en charge psychologique n’a été mise en place.
Dans la soirée, 34 personnes  ont été transférées vers le centre de rétention de Nîmes. Ces personnes qui venaient de subir un traumatisme, certaines étant très choquées, ont été menottées, et ce de manière si  serrée que certaines en avaient des traces aux poignets.

Arrivés vers 1 heure 20 du matin au centre de rétention de Nîmes, les étrangers ont tous étés entassés dans un local de 20 m2. Certains, déjà incommodés par les fumées respirées à Marseille, se sont sentis mal. Le temps que les policiers les auditionnent un par un, les derniers n’ont pu gagner une chambre que vers 6 heures 30 du matin.
Le jeudi 10, 3 personnes qui avaient étés transférées à l’hôpital ont été amenées au centre de rétention de Nîmes.

Ce manque de considération pour la personne étrangère n’est pas nouveau : lorsque le CRA de Marseille avait été contaminé par la légionellose, l’administration avait laissé la bactérie se développer sans prendre les mesures adéquates, au mépris de la santé publique. Au centre de rétention de Nîmes, lors d’une récente épidémie de gale, alors que dans la même situation toute école se voit fermée et désinfectée, l’administration avait  méprisé les protocoles hospitaliers et laissé des personnes se contaminer.

Au-delà de la violation des droits de retenu administratif (accès au téléphone,  à un avocat, aux visites, menottage…), l’administration démontre son mépris des droits de l’homme. Faisant prévaloir à tout prix l’objectif de reconduite, elle déshumanise l’étranger qui n’est considéré que  comme un chiffre sur le tableau des expulsions.

Les retenus ont déposé des requêtes auprès du juge des libertés qui statuera prochainement  sur l’atteinte à leurs droits.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.