Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Incendies en rétention : illustrations de la violence de l’enfermement

13 juillet 2016

Depuis le début de l’année 2016, on décompte cinq incendies dans plusieurs centres de rétention français. Les incidents violents sont fréquents dans les CRA. Des personnes ont entamé des grèves de la faim, d’autres ont tenté de se suicider ou se sont automutilées.

Couv_RA_CRA_2015.indd

ASSFAM – Forum réfugiés-Cosi – France terre d’asile – La Cimade

 

Dans la nuit du jeudi 30 juin 2016, deux incendies ont dévasté deux des trois centres de rétention administrative (CRA) de Paris Vincennes, dont un est actuellement fermé. Une tentative d’expulsion d’un demandeur d’asile algérien vers son pays d’origine a déclenché une vive réaction de la part des autres personnes retenues.

Suite à ces incendies, et dans l’attente d’une décision de la préfecture de police de Paris, les personnes retenues ont été maintenues enfermées pendant quinze heures dans les cours des centres de rétention dans des conditions précaires. Trente-neuf personnes ont par la suite été transférées dans d’autres CRA (vingt-cinq à Nîmes, sept au Mesnil-Amelot et sept à Marseille). Cinq ont été placées en garde à vue ou déférées devant des juridictions correctionnelles. Une grande majorité des personnes ont cependant été remises en liberté par le juge des libertés et de la détention.

Depuis le début de l’année 2016, on décompte cinq incendies dans plusieurs centres de rétention français. Les incidents violents sont fréquents dans les CRA. Des personnes ont entamé des grèves de la faim, d’autres ont tenté de se suicider ou se sont automutilées. De nombreuses personnes ont dû être hospitalisées et certaines ont été remises en liberté en raison de leur état de santé.

Le centre de rétention est un lieu de privation de liberté où sont enfermées les personnes en situation irrégulière en instance d’éloignement du territoire français. Cet enfermement, fondé sur la seule irrégularité du séjour des personnes concernées, peut être profondément traumatisant et ne saurait être décidé à la légère.

Nos associations appellent donc à nouveau de leurs vœux le lancement d’une réelle réflexion sur la mise en œuvre d’alternatives à la rétention et dénoncent cette politique d’enfermement massif.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.