Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

La Cimade dénonce le placement en rétention des 124 boat people arrivés en Corse

23 janvier 2010

Les 124 personnes débarquées hier sur la plage de Bonifacio ont fait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière et sont en cours de transfert vers des centres de rétention par avion militaire.

Le droit d’asile ne doit pas être bafoué!!!

La Cimade dénonce le placement en rétention des 124 boat people arrivés en Corse

Les 124 personnes débarquées hier sur la plage de Bonifacio ont fait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière et sont en cours de transfert vers des centres de rétention par avion militaire.

La Cimade a pu recenser pour l’instant le placement en rétention de 37 personnes à Nîmes, 19  à Toulouse dont 6 enfants, 19 personnes également à Marseille, 10 à Lyon, 11 à Rennes dont 6 enfants.

À Nîmes, 30 adultes et 7 enfants de un à 17 ans sont arrivés en début d’après midi. Les procédures édictées à leur encontre ont été faites sur la base de formulaires stéréotypés où seuls les noms diffèrent. Cela démontre que loin d’étudier les situations individuelles de ces personnes qui réclament la protection de la France en raison de leur appartenance à la communauté kurde de Syrie, les autorités ont choisi de répondre par la répression et l’organisation d’une expulsion collective.

La Cimade dénonce le placement en rétention de ces réfugiés et le choix de cette expulsion collective.

Ces personnes ont droit à voir examinée leur demande d’asile selon une procédure normale par l’OFPRA et la Cour nationale du droit d’asile. Elles doivent pouvoir être accueillies dans un centre d’accueil pour demandeur d’asile avec toute l’information nécessaire pour ce faire et non depuis un centre de rétention administrative.

Cette attitude marque une évolution inquiétante et durable du ministre de l’Immigration qui, à l’instar de l’Italie ou de Malte, entre dans une logique d’enfermement des personnes qui sollicitent une protection en France.

Comme après la rafle de la « jungle » de Calais c’est désormais une pratique qui constitue une véritable atteinte au droit d’asile.

Présente ou non dans les centres de rétention vers lesquels elles seront dirigées, la Cimade mettra tout en œuvre pour que ces personnes soient libérées et aient accès à une procédure d’asile normale.

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.