Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

La France continue d’enfermer des enfants en toute illégalité

1 février 2012

Le 31 janvier, un père de famille, sa femme et leurs deux enfants âgés de 4 et 6 ans sont enfermés au centre de rétention du Mesnil-Amelot après avoir été interpellés au petit matin à leur domicile. C’est la troisième fois en six mois que cette famille serbe est enfermée en centre de rétention alors même qu’une récente décision de la Cour européenne des droits de l’Homme vient de condamner sévèrement la France pour l’enfermement d’enfants en centre de rétention (CEDH Popov c/ France, 19.01.12).

Le 31 janvier, un père de famille, sa femme et leurs deux enfants âgés de 4 et 6 ans sont enfermés au centre de rétention  du Mesnil-Amelot après avoir été interpellés au petit matin à leur domicile. C’est la troisième fois en six mois que cette famille serbe est enfermée en centre de rétention alors même qu’une récente décision de la Cour européenne des droits de l’Homme vient de condamner sévèrement la France pour l’enfermement d’enfants en centre de rétention (CEDH Popov c/ France, 19.01.12).

Malgré cette décision européenne, l’administration a jugé bon d’enfermer encore une fois cette famille. Cet acharnement de la préfecture de l’Aube est d’autant plus inacceptable que le tribunal administratif de Melun avait prononcé la libération de cette famille  lors de son premier placement au centre de rétention du Mesnil Amelot en septembre 2011. Auparavant, c’est le juge des libertés et de la détention qui les avait libérés du centre de rétention de Metz en juillet 2011. En effet, cette famille n’a commis aucune infraction, arrivée en France en 2008, elle a entamé une procédure de demande d’asile qui est toujours en cours.

La Cimade dénonce l’illégalité de cet enfermement. Non seulement l’administration méprise la décision du tribunal administratif de Melun du mois de septembre mais en plus elle ignore la récente décision de la Cour européenne des droits de l’Homme.

Depuis l’ouverture du centre de rétention du Mesnil Amelot 2 en août, 29 enfants y ont déjà été enfermés.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.