Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Non à la visio-conférence pour les demandeurs d’asile en rétention

9 novembre 2007

Pendant l’été 2007, le centre de rétention administrative de Lyon-Saint-Exupéry (Rhône) a été équipé d’un matériel de visio-conférence. Il serait utilisé prochainement pour permettre les auditions par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) des demandeurs d’asile, placés en rétention.

Pendant l’été 2007, le centre de rétention administrative de Lyon-Saint-Exupéry (Rhône) a été équipé d’un matériel de visio-conférence. Il serait utilisé prochainement pour permettre les auditions par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) des demandeurs d’asile, placés en rétention. Des essais techniques ont été réalisés et la mise en oeuvre de ces télé-auditions semble imminente, sous réserve de l’adoption de modalités de principe entre l’OFPRA et la préfecture du Rhône.

La possibilité d’une vidéo- audition dans un centre de rétention ne nous paraît pas conforme aux garanties essentielles qui s’attachent à la mise en œuvre du droit d’asile. Elle ne permet pas de garantir la confidentialité de l’entretien et ne mettra pas les demandeurs dans les conditions de confiance de sérénité et d’échange avec les personnels de l’OFPRA qui sont indispensables pour un examen attentif des risques qu’ils encourent dans leur pays d’origine. Elle s’ajouterait aux conditions particulièrement restrictives pour déposer une demande d’asile à partir d’un centre de rétention : en effet, le demandeur doit transmettre sa demande d’asile dans un délai de cinq jours, dans un formulaire rédigé en français, alors qu’aucun interprète gratuit n’ait mis à sa disposition. L’OFPRA doit se prononcer dans le délai de 96 heures. L’adoption d’un tel dispositif rendrait ineffectif le droit d’asile.

Dans une lettre ouverte les associations signataires demandent aux autorités l’abandon de ce projet et le respect du principe de la convocation des demandeurs d’asile à l’OFPRA pour une audition.

Signataires : ACAT, CASP, CIMADE, CENTRE PRIMO LEVI, COMEDE, FASTI, FORUM REFUGIES, GAS, GISTI, SECOURS CATHOLIQUE, SNPM

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.