Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Six associations nationales réunies pour sensibiliser aux violences faites aux femmes étrangères et immigrées

18 novembre 2013

Les violences faites aux femmes sont encore trop nombreuses aujourd’hui. Elles recouvrent des formes différentes qui loin de se juxtaposer, s’inscrivent dans un continuum.

Les violences faites aux femmes sont encore trop nombreuses aujourd’hui. Elles recouvrent des formes différentes qui loin de se juxtaposer, s’inscrivent dans un continuum.

Si les violences dont sont victimes les femmes étrangères et issues de l’immigration ne leur sont pas spécifiques, tant les violences sexistes sont universelles, ces femmes peuvent être exposées à des formes particulières de violences :

Mutilations sexuelles, polygamie, mariages forcés ou crimes d’honneur.

Notons par ailleurs, que 80 % des victimes de la prostitution sont des femmes étrangères.

Au-delà de ces violences spécifiques et de l’universalité des violences sexistes, la précarité administrative ou matérielle de la situation de certaines femmes immigrées, est également facteur d’exposition aux autres violences sexistes (violences conjugales, viols, harcèlement… ). Plusieurs facteurs y concourent :

  • Méconnaissance de leurs droits,
  • Réticence à les faire valoir,
  • Fragilité de leur titre de séjour dépendant souvent de la continuation de la vie commune avec l’auteur des violences,
  • Discriminations multiples.

Les violences vécues pendant les premières années de vie en France ont un impact sur le processus d’intégration et augmentent les difficultés d’adaptation et d’accès aux droits des femmes étrangères. Dès lors, l’accueil et l’accompagnement des femmes immigrées victimes de violences ainsi que la prévention des violences commises à leur encontre doivent faire l’objet d’une vigilance particulière.

Un collectif associatif réuni pour rompre le silence autour des violences faites aux femmes étrangères.

Depuis deux ans, le CNIDFF a développé un programme de sensibilisation des professionnels et du grand public en collaboration avec cinq associations investies dans le champ de la lutte contre les violences faites aux femmes étrangères.

Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le CNIDFF vous invite à la conférence de presse qu’il organise, en présence de Mme Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des droits des femmes et Porte-parole du Gouvernement, avec le GAMS, Voix de femmes, la Cimade, l’ADRIC et le Mouvement du Nid :

le 26 novembre 2013 à 10 heures au CNIDFF – 7, rue du Jura, 75013 Paris

La Fédération Nationale G.A.M.S. (Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles, des Mariages Forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants)
La Cimade
L’ADRIC, Agence de développement des Relations interculturelles pour la Citoyenneté
Le Mouvement du Nid — France
Voix de Femmes
Le CNIDFF (Centre national d’Information sur les droits des femmes et des familles)

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.