Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Visite de Nicolas Sarkozy en Guyane

12 février 2008

A l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy en Guyane, la Cimade alerte sur la situation dramatique que vivent les étrangers et revendique la fin du régime juridique dérogatoire pour les DOM-TOM.

À l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy en Guyane,

la Cimade alerte sur la situation des étrangers

Les 11 et 12 février prochains est annoncée la venue en Guyane, du président de la République, Nicolas Sarkozy. La Cimade, qui accueille et accompagne les migrants et les demandeurs d’asile dans leurs démarches, souhaite attirer l’attention du président et de la société française sur les conditions d’accueil des étrangers en Guyane.

Au mépris du respect des droits humains fondamentaux, c’est une législation d’exception qui s’applique en Guyane, pour permettre aux autorités de dépasser sans problème les objectifs chiffrés imposés par le gouvernement : 10 000 reconduites annoncées en 2007, certainement plus en 2008.

Aucune structure d’accueil pour les demandeurs d’asile qui se retrouvent alors à la rue, lourdeurs administratives et absence d’accès aux soins, conditions de rétention déplorables, la Cimade, au quotidien aux côtés des étrangers, est témoin de cette situation dramatique des étrangers en Guyane.

La Cimade condamne le principe de l’enfermement des étrangers, au seul motif de l’irrégularité de leur séjour. C’est une pratique humiliante et dégradante. Pour preuve début janvier 2008, l’enfermement de quatre enfants âgés de sept mois à deux ans, au local de rétention administrative (LRA) de Cayenne-Rochambeau. Mais aussi des mesures d’éloignement à répétition pour servir les objectifs chiffrés, l’expulsion de personnes protégées (parents d’enfants français, étrangers mineurs ou malades), et même de ressortissants français.

Parce que les particularités géographiques et ethniques de la Guyane ne devraient pas servir une législation particulière de plus en plus restrictive, la Cimade revendique :

  • la fin du régime juridique dérogatoire pour les DOM-TOM
  • la création d’un Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) en Guyane

Et, plus généralement :

  • l’arrêt du placement en rétention des familles et des mineurs
  • la fermeture des locaux de rétention administrative
  • le rejet de la « directive Retour » par les parlementaires européens
  • l’arrêt de la politique des objectifs chiffrés de reconduite à la frontière

La Cimade continuera d’informer la population guyanaise de cette situation d’exception inacceptable et à militer pour la défense des droits fondamentaux des étrangers et le respect de leur dignité.

Cimade Guyane, Cayenne, le 4 février 2008

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.