Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

La rétention hors les murs

6 janvier 2016

Au début, les bonnes intentions semblent réelles : se conformer au droit européen (ici, la directive « retour ») mais aussi améliorer l’efficacité d’un dispositif (en l’occurrence, le projet de loi relatif au droit des étrangers en France). La réalité est beaucoup plus ambiguë : l’assignation à résidence, que l’on voudrait privilégier plutôt que l’enfermement en rétention, ne constitue qu’une fausse alternative. Ce dossier en offre une éclairante démonstration.

Au début, les bonnes intentions semblent réelles : se conformer au droit européen (ici, la directive « retour ») mais aussi améliorer l’efficacité d’un dispositif (en l’occurrence, le projet de loi relatif au droit des étrangers en France). La réalité est beaucoup plus ambiguë : l’assignation à résidence, que l’on voudrait privilégier plutôt que l’enfermement en rétention, ne constitue qu’une fausse alternative. Ce dossier en offre une éclairante démonstration.

Car toute l’ambiguïté réside dans la superposition de ces deux dispositifs. Comment peut-on d’ailleurs à la fois protéger des personnes jugées vulnérables et chercher à les expulser parce qu’également indésirables ? S’interroge le sociologue Gilles Frigoli. L’avocat Bruno Vinay, Marion Lignac de la FNARS et Clémence Richard de La Cimade ne disent pas autre chose dans le débat qui les a réunis pour Causes communes : difficile de lier politique d’accueil et politique d’éloignement.
Pas facile non plus d’accompagner ces personnes déboutées qui, ballottées d’un hôtel Formule 1 à une ancienne maternité, vivent dans l’angoisse permanente d’une expulsion, comme le montre notre reportage à Besançon. Comment le monde associatif ainsi sollicité peut-il dès lors se situer ? Face à cette ambiguïté, Christine Ponsin, responsable du CADA Jane Pannier de Marseille, n’entend pas pour autant « lâcher sur les valeurs ».

Causes communes n°87 – janvier 2016

» Télécharger le document
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.