Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Quand le vuvuzela conduit en rétention…

22 juin 2010

Il est arrivé tout penaud dans mon bureau, arborant un maillot vert et orange aux couleurs de la Côte d’Ivoire, couleurs qui tranchent avec le gris des barbelés et du ciel du centre de rétention…Le regard rempli de la tristesse de la défaite…pas celle de son équipe (qui a fait match nul m’apprend-t-il), mais la sienne.

Il est arrivé tout penaud dans mon bureau, arborant un maillot vert et orange aux couleurs de la Côte d’Ivoire, couleurs qui tranchent avec le gris des barbelés et du ciel du centre de rétention…Le regard rempli de la tristesse de la défaite…pas celle de son équipe (qui a fait match nul m’apprend-t-il), mais la sienne.

Mardi 15 juin, Château d’Eau. Devant un écran géant la foule se presse pour assister au match qui va commencer. Beaucoup de supporters du Portugal, beaucoup de supporters de la Côte d’Ivoire aussi. Tous ensembles. La tension monte, le coup d’envoi approche. Chacun a son vuvuzela, nouvel instrument dont ignorions tous l’existence jusqu’au premier match bourdonnant de cette coupe du monde. Instrument devenu le symbole du triomphe de tout un continent…

Le match va commencer dans 15 minutes. La foule est en effervescence, en couleur, et vibre au son du vuvuzela. Mais des inconnus s’invitent dans la foule. Eux ne sont pas en vert et orange, mais en bleu et blanc…pas ceux de l’équipe de France, mais ceux de la police. Des dizaines de vuvuzelas se pressent dans la foule, mais un seul n’est pas souhaité : celui de Monsieur Y.… « Vos papiers s’il vous plaît ». Il s’en faut de peu pour ne pas provoquer l’hystérie des compatriotes ivoiriens qui ne comprennent pas ce qu’il se passe. Mais Monsieur Y. est calme : il connaît les policiers du 10e arrondissement. C’est la fête, la Côte d’Ivoire va jouer son premier match de la Coupe du Monde, tout va bien se passer. Il suit les policiers à l’écart de la foule.

On lui reproche d’avoir un vuvuzela… Lui implore qu’on le laisse au moins regarder le match, qui va commencer bientôt. Mais sait-on jamais…qui peut dire ce qu’est capable de faire un ivoirien avec un vuvuzela…Bon, les supporters blancs du Portugal qui ont tous leur vuvuzela aussi, eux on sait que ça ne risque rien. Mais les ivoiriens !!
Interpellé, placé en garde-à-vue, puis en rétention, en vue d’une expulsion…Ce n’est pas vraiment ce type de soirée qu’avait espéré passer Monsieur Y…. « Mais ça va, heureusement que la Côte d’Ivoire n’a pas perdu sinon ça aurait été vraiment une soirée catastrophique ».

Monsieur Y. reconnaît : « c’est vrai que c’est pas très agréable comme bruit, le vuvuzela ».

Est-ce suffisant pour caractériser une tentative d’infraction ? Ou bien c’est de supporter la Côte d’Ivoire qui est une infraction ?

M. Y. a finalement été libéré par le juge des libertés et de la détention de Meaux qui a sanctionné une erreur de procédure et ordonné sa remise en liberté. Comme nous nous y attendions, il n’a pas sanctionné cette grossière interpellation, mais une tout autre erreur de procédure.

Mais bon, M. Y. est  libre, c’est déjà ça…et a sans doute plus que jamais encouragé la Côte d’Ivoire !

 

Intervenant de La Cimade au centre de rétention du Mesnil Amelot

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.