retour à l'accueil Causes_communes Bandeau_cimade_(newsletter)-961x151

Documents de la région

20 juillet 2014 | rapport régional d'activité Franche-Comté Bourgogne 2013

Franche-Comté/Bourgogne RAPPORT D’ACTIVITE 2013 SOMMAIRE Coordonnées régionales 1) Présentation 2) Accueil et soutien 3) Le travail inter-associatif 4) Les actions de sensibilisation 5) Les relations avec les institutions 6) Les relations avec les Eglises 7) Les formations 8) Les relations avec les médias 9) Les actions du Bureau régional 10) Perspectives Coordonnées régionales 1) Présentation Les actions des bénévoles des trois groupes locaux de la région Franche-Comté/ Bourgogne se sont déroulées au cours de l’année 2013 dans un contexte un peu moins difficile qu’en 2012. En effet, la mise en place des bornes Eurodac en région à soulagé le flux de demandes d’asile, en particulier à Dijon. La radicalisation de la préfecture de Dijon a également contribué à la diminution sensible des demandes sur la côte d’Or mais aussi entrainé une augmentation des demandes en Franche-Comté. Depuis 2007, la région a appris à s’organiser sans DNR (délégué national en région). Une trentaine de bénévoles sont majoritairement investis dans la permanence d’accueil du public étranger. A Dijon, s’ajoutent des cours de FLE encadrés par une dizaine de bénévoles. Les groupes ont une ancienneté variable : - le groupe local de Besançon a démarré en 2004 (reconnu par le conseil en 2010) sous l’impulsion de la DNR en poste à cette époque à Montbéliard. -le groupe local de Dijon, reconnu par le conseil depuis plus de vingt ans, peu actif pendant un temps, a été réactivé en 2007. -le groupe local de Montbéliard a été créé en 1978, sachant que dès 1959 une activité Cimade existait déjà dans la région. A Chalon-sur-Saône, un bénévole participe à des actions au sein de la cité et se rend régulièrement à la prison de Varennes le Grand. Grâce à la mise en place d’un outil de valorisation, nous pouvons estimer le temps consacré par les bénévoles. Cet engagement correspond pour la région FCB au travail de 4,5 salariés temps plein. L’arrivée de jeunes bénévoles est une richesse pour les groupes mais génère pas mal de renouvellements. Leur formation et leur accompagnement ne sont pas toujours satisfaisants en raison du manque de disponibilités des bénévoles chargés de leur tutorat : ces derniers croulent déjà sous le poids de trop lourdes tâches et multiples engagements. La Cimade, ayant suscité de nombreuses mobilisations en y prenant une part active, a gagné en visibilité : elle est de plus en plus connue et reconnue. Le positionnement de la Cimade par rapport aux collectifs divers de défense des demandeurs d’asile et des migrants permet de clarifier le rôle de la Cimade dans ses actions et dans ses relations avec les pouvoirs publics. Ce rapport synthétise les bilans effectués par chaque groupe local sur leur activité en 2013.  2) Accueil et soutien -Les permanences Dans les trois groupes de la région, la permanence d’accueil demeure l’activité principale. Une trentaine de bénévoles ont reçu demandeurs d’asile et migrants au cours des permanences généralistes. 700 nouveaux dossiers ont été ouverts 1100 anciens dossiers sont toujours en cours - 316 d’entre eux sont des dossiers relevant de la demande d’asile. Plus de 3000 appels téléphoniques ont été enregistrés A Dijon : forte sollicitation pour la constitution de dossiers OFPRA et recours auprès de la CNDA. Chaque GL organise des réunions afin d’échanger et de faire le point sur les dossiers. Le principe de référent et d’accueil en binôme, pourtant préconisé par le pôle « vie associative » il est identifié clairement dans les groupes, peine à se concrétiser compte tenu du manque de bénévoles. : Recrutement de nouveaux bénévoles s’inscrit donc naturellement dans les objectifs de 2014. Motifs pour lesquels un rendez-vous a été sollicité : La baisse de la demande d’asile dans la région ne signifie pas la baisse de l’activité des permanences dans les groupes locaux. L’image de la Cimade « attire » de plus en plus de demandeurs venus d’autres associations. -Demande d’asile (élaboration du dossier OFPRA et recours auprès de la CNDA) -Dossiers de demande de titres de séjour (VPF ; conjoint de français ; carte de résident ; parent d’enfant français) -Rédaction de courriers (recours gracieux ; formulaires Sécurité sociale ; Pôle emploi ; C RAM ; demande d’AME …) -Constitution de dossiers pour transcription de mariage (à Nantes) -Orientation vers un avocat. -Orientation vers des partenaires pour démarches liées à l’obtention de droits sociaux. - Aide à l’élaboration de dossiers en vue de regroupement familial -Recours contre des décisions de refus de visas. - Femmes victimes de violences. -Accompagnement de personnes au RV en préfecture, en mairie, auprès d’un avocat, au TA …) - Accompagnement de couples franco-étrangers (Amoureux au ban public à Chalon) L’origine géographique est suivant les groupes locaux : Si, à Dijon, l’accueil des demandeurs originaires des pays de l’Est a été prépondérant, en 2013, avec une nette baisse en fin d’exercice, Besançon et Montbéliard sont plus concernés par de demandeurs en provenance du Maghreb. La fin de l’exercice 2013 note une augmentation sensible des demandeurs venant d’Afrique, en particulier de RDC, du Darfour, du Mali. Ceci est vrai sur l’ensemble de la région Cimade. -Le droit d’asile La régionalisation La demande d’asile a baissé de façon significative en 2013. En Bourgogne, les primo- arrivants passent de 1576 en 2012 à 1059 en 2013. La régionalisation de l’admission au séjour a donné au préfet de région la compétence de délivrer ou refuser le premier document provisoire de séjour. En Bourgogne, seule la préfecture de Dijon est compétente et en Franche-Comté, celle de Besançon. Ainsi, les demandeurs d’asile ont cessé de se présenter dans les préfectures des autres départements ; ils se rendent donc majoritairement en préfecture de région. A Dijon, les associations sont très sollicitées .Les demandeurs d’asile sont aidés pour l’élaboration de leur dossier OFPRA. Ils n’ont, pour bon nombre d’entre eux, pas encore intégré un CADA lors de la rédaction de leur recours CNDA. Malgré la baisse du flux de demandeurs, les structures d’hébergement sont saturées. La présence « indue » des déboutés dans les CADA s’élève à 47% en moyenne et ne peut ètre compensée par les hébergements d’urgence qui sont eux même à saturation. Les réadmissions. Les demandeurs d’asile ayant transité par un pays de l’union européenne avant d’arriver en France sont placés sous convention « Dublin2 ». Ce règlement extrêmement complexe a pour but de déterminer le pays de l’union européenne responsable de la demande d’asile. L’autorité préfectorale met alors en place une procédure de réadmission vers le pays concerné .Les personnes ne seront pas admises au séjour et vivront dans une grande précarité en attendant la réponse du pays par lequel ils ont transité même si elles ont enfin accès à l’ATA, comme des demandeurs d’asile en procédure régulière. A Dijon, de nombreuses personnes se trouvant dans cette situation sollicitent un accompagnement afin d’éviter leur réadmission dans le pays par lequel ils ont transité. La domiciliation postale 38 personnes sont domiciliées à Besançon par la Cimade. - Cours de FLE. Ateliers sociolinguistiques A Dijon, 9 bénévoles sont investis dans cette activité socio linguistique pour environ 148 bénéficiaires. - Six ateliers hebdomadaires d’environ 10 personnes ont fonctionné chaque semaine de période scolaire. Quatre s’adressaient à des débutants, deux à des pratiquants plus avancés. Un atelier a été ouvert dans les locaux du Cercle Laïque Dijonnais, créant ainsi un partenariat nouveau et constructif. L’objectif est de favoriser la communication en français afin que les bénéficiaires puissent acquérir leur autonomie. Les liens sociaux qui se créent dans ces ateliers sont d’une grande importance et redonnent aux « élèves » une nouvelle existence au sein de la cité. Venir « aux cours » ou à « l’école » est une démarche hebdomadaire qui tient beaucoup de place dans l’esprit des demandeurs. -Intervention en prison A Chalon : 20 visites ont été effectuées à Varennes et le bénévole a vu 80 prisonniers. -Accompagnement des bénévoles Les formations organisées soit sur Dijon, soit dans les autres groupes sont régulières. Elles ont des thématiques précises ou, aussi sont plus axées sur les connaissances de base. 3) Travail inter-associatif A Besançon : - action dans le cadre du Pacte citoyen et du Pacte civique en direction des institutions et des politiques. Les liens avec le milieu associatif sont réguliers ainsi que des actions communes A Dijon : -SOS Refoulement : la Cimade y est représentée La plate-forme d’accueil(COALLIA) a repris cette mission. -RESF 21 : Depuis sa création, une bénévole est en lien avec le réseau et assiste à leur réunion mensuelle. Des dossiers ont pu être défendus conjointement en préfecture. -RESF 71 : Grâce à son action au sein du réseau, un bénévole a permis la régularisation de quelques familles. -Plateforme de lutte contre les discriminations : Pilotée par la Fédération des œuvres laïques, elle a pour but de mutualiser les moyens et les compétences pour les mettre au service de tous les acteurs impliqués dans la lutte contre les discriminations. - Collectif « urgence planétaire » - Ce collectif s’est constitué, en 2007, à l’initiative du CRID et rassemble une dizaine d’associations dont la Cimade. La Cimade est intervenue sur les politiques migratoires et la demande d’asile. Collectif « Dijon prison » Un représentant de la Cimade est en lien avec ce collectif. A Montbéliard : -« Groupe de vigilance » regroupe 5 associations (association Amitié et Echanges culturels internationaux, la Pastorale des migrants, le MRAP, RESF et la Cimade) Le groupe se réunit une fois par mois et agit ensemble dans différents domaines : recours gracieux, soutien aux familles, information du public par les médias, par des manifestations diverses, journées festives D’autres associations (ACAT, LDH, différentes MJC) se joignent occasionnellement au groupe. Une étroite relation avec les élus de la région est aussi à signaler. 4) Les actions de sensibilisation A Dijon : -Interventions En milieu lycéen et universitaire. A l’Irtess Auprès des services sociaux Les Cercles de silence : En 2007, les frères franciscains de Toulouse se réunissent, place du Capitole en cercle et en silence. Ils protestent de façon non violente contre l’enfermement des étrangers dans les centres de rétention. Cette initiative sera relayée dans différentes villes de France et aussi en région FCB. A Belfort : le dernier mercredi du mois à 18h Place Corbis. A Besançon : le deuxième samedi du mois à 15 h Place de la Révolution. A Chalon sur Saône : le deuxième samedi du mois à 15 h Place de Beaune. A Cluny : le troisième samedi du mois et chaque samedi de juillet et août à 11 h Place du Marché. A Dijon : le deuxième mardi du mois à 18 h place François Rude. A Dole : le premier samedi du mois à 10 h Place du 8 mai. A Macon : le premier samedi du mois à 11 h Esplanade Lamartine.A Tournus : le quatrième samedi du mois à 11 h Place de l’hôtel de ville. -Sensibilisation Festival « Migrant’scène » Le festival Migrant’scène veut promouvoir la rencontre et le dialogue, mais aussi fêter les migrations. Festival culturel sur les migrations, il a eu lieu au cours de la deuxième quinzaine de novembre, dans de très nombreuses villes de France. En FCB, les groupes locaux de Besançon et Dijon ont relayé cette initiative. 5) Les relations avec les institutions A Dijon Coordination départementale réfugiés est constituée de la Cimade, la Croix rouge et le Secours catholique. L’AFTAM, le SIAO, l’ADOMA, la PASS et la CSF s’y adjoignent pour une coordination élargie. Une réunion trimestrielle a lieu dans les locaux du Secours catholique. C’est un lieu d’échanges et d’informations concernant la situation des demandeurs d’asile. PREFECTURE : A Dijon : Des rendez-vous bimestriels permettent de présenter et défendre des dossiers auprès de la Secrétaire Générale, Des échanges ponctuels ont lieu également en fonction de l’urgence des situations. A Besançon : Le préfet de région reçoit régulièrement des bénévoles des GL de Montbéliard et Besançon pour examens de dossiers 6) Les relations -Avec les églises A Besançon : La paroisse réformée de Besançon met une salle à disposition de la Cimade chaque fois qu’une demande lui est faite. Une réunion de présentation a eue lieu avec le conseil de l'Eglise locale, A Dijon : La Cimade est accueillie dans les locaux de l’Eglise Réformée qui assure l’accueil des personnes dans l’attente d’un rendez-vous, lors des permanences du mercredi. Dans chaque bulletin paroissial « Partage » un article informe la communauté des activités de la Cimade. Des contacts fréquents et des aides sont apportées ponctuellement aux demandeurs d’asile et migrants qui en ont besoin. A Montbéliard : - La permanence d’accueil se tient dans un appartement mis à disposition et entretenu par l’EELF. - La Cimade participe au Synode et tient également un stand sur lequel elle vend calendriers et cartes. Une rubrique est mise à disposition dans le magazine « paroles protestantes » -Participation pendant le temps de Carême à la célébration œcuménique avec le COS (Comité œcuménique de solidarité) le CCFD et l’ACAT ; -avec les politiques A Dijon , la Cimade a rencontré : -rencontres régulières avec les députés, la préfecture, la Direction de la cohésion sociale, la mission locale, les services sociaux, l'hopital, A Montbéliard la Cimade a de bonnes relations avec les élus qui peuvent être sollicités pour apporter leur soutien à certains dossiers. 7) Les formations La région est représentée aux différentes commissions nationales : Un ou deux bénévoles assistent aux travaux des commissions : asile migrants éloignement Solidarités internationales Copil « migrant scène » 8) Les relations avec les médias A Besançon : quelques interviews radio et journaux à la faveur de Migrant scène 2013 A Dijon : Interventions à la TV et sur les radios locales . Des articles dans les journaux locaux : Le Bien public ; Dijonscope ; La Gazette…… A Montbéliard : les médias répondent chaque fois que la Cimade les sollicite. -presse écrite (Est Républicain et le Pays ) - radios (Radio amitiés ; France bleu ; Chérie FM) - TV (exceptionnellement) 10) Perspectives A Besançon : - Recruter de nouveaux bénévoles et les accompagner afin qu’ils ou elles soient en mesure d’assurer des permanences. -Maintenir les permanences du jeudi et envisager l’ouverture de nouveaux créneaux afin de répondre aux besoins croissants des demandeurs d’asile et des migrants. - Poursuivre notre engagement dans le pacte citoyen et participer aux actions proposées dont les ateliers publics. -Mettre en place des actions de sensibilisation à destination du grand public pour faire mieux connaitre l’action de la Cimade (Forum des associations, Fête de l’Afrique, Semaine d’éducation contre le racisme) - S’associer à la manifestation nationale impulsée par la Cimade Nationale « Migrant Scène » . A Dijon : -Assurer la pérennité des actions engagées et renforcer la formation des bénévoles. .Améliorer les actions de plaidoyer et élargir le public. .Veiller à la qualité de l’accueil et à l’équilibre des bénévoles. A Montbéliard : - Maintenir les activités -Monter un projet dans le cadre des « solidarités internationales » Deux rendez vous fixés avec Clémence Racimora ont été annulés au dernier moment et le groupe est resté sur sa faim. Les trois groupes locaux réitèrent unanimement la demande d’un DNR. | télécharger

19 juillet 2012 | Rapport activité Cimade Besançon 2011

Développement, vie, relation et activités de la Cimade Besançon pour l’année 2011. | télécharger

19 juillet 2012 | Rapport activité du groupe de Dijon 2011

Développement, vie, relation et activités de la Cimade Dijon pour l’année 2011. | télécharger

19 juillet 2012 | rapport activité régional 2011

Développement, vie, relation et activités de la Cimade Franche-Comté-Bourgogne pour l’année 2009. | télécharger

accueil - espace presse - boutique Cimade - espace donateurs - fils RSS - plan du site - contacts - Mentions légales