Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Ile-de-France Champagne Ardennes

» retour

Risque d’une nouvelle expulsion en Afghanistan via la Norvège

4 avril 2017

Le Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot enferme à nouveau un exilé afghan, Monsieur A., qui risque d’être expulsé en Afghanistan via la Norvège. Un vol à destination de la Norvège est prévu pour demain matin. Puisque la Norvège a déjà rejetée la demande d’asile de Monsieur A., le risque est très grand qu’il soit expulsé vers l’Afghanistan par les autorités norvégiennes. La Cimade demande sa libération immédiate.

Persécuté par les Talibans, Monsieur A. a fui l’Afghanistan pour venir trouver refuge en Europe. Passé par la Norvège, il est contraint d’y faire examiner sa demande d’asile, qui sera rejetée.

Rappelons que la Norvège a un taux de protection des Afghans très faible, autour de 28% seulement (contre plus de 80% en France) et qu’elle a expulsé 577 ressortissants afghans vers leur pays d’origine en 2016 ; depuis février 2016, l’Afghanistan est en effet considéré par les autorités en charge des migrations en Norvège comme un pays où tout le territoire est sûr.

Craignant à juste titre que les autorités norvégiennes ne tentent de l’expulser en Afghanistan, Monsieur A. a quitté la Norvège dans l’espoir d’être protégé ailleurs. C’est ainsi qu’en octobre 2016 il se retrouve finalement à Calais, alors que commence l’opération de démantèlement du bidonville.

Au début des opérations, le ministre de l’Intérieur, Monsieur Cazeneuve, avait assuré que la France n’appliquerait pas la procédure Dublin pour les exilés qui acceptaient de quitter Calais pour rejoindre un CAO (centre d’accueil et d’orientation). Cette promesse avait également été réaffirmée en février 2017 par Monsieur Le Roux, successeur de Monsieur Cazeneuve place Beauvau.

En dépit de ces promesses réitérées, Monsieur A., qui a été évacué du campement de Calais vers le CAO de Languimberg (Moselle), a été placé sous procédure Dublin par  le préfet de la Moselle fin février 2017. Un mois après, le 27 mars 2017, Monsieur A. a été enfermé au centre de rétention administrative de Metz puis transféré au Mesnil-Amelot, après avoir refusé de monter à bord d’un premier vol à destination d’Oslo.

Malgré la forte mobilisation de plusieurs associations et de collectifs de solidarité, le préfet de la Moselle campe sur sa position et un deuxième départ est prévu le mercredi 5 avril 2017.

En novembre 2016, La Cimade a déjà pu constater des renvois en Afghanistan, notamment via la Norvège, depuis le CRA du Mesnil-Amelot.

La sécurité de Monsieur A. n’étant pas assurée en Afghanistan, où tous les rapports internationaux pointent une dégradation notable de la situation du pays, La Cimade demande à la préfecture de la Moselle de le libérer sans délai et au nouveau ministre de l’Intérieur, Monsieur Fekl, d’intervenir afin que les engagements pris auprès des exilés à Calais soient respectés.

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.