Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Languedoc-Roussillon

» retour

Rumeur de régularisation par le travail : danger pour les sans-papiers

16 janvier 2008

Une rumeur court en ce moment parmi les sans-papiers, et parmi les employeurs ou employeurs potentiels de sans-papiers : la réforme de la loi sur l’immigration permettrait la régularisation des étrangers qui travaillent ou qui détiennent une promesse d’embauche.

Une rumeur court en ce moment parmi les sans-papiers, et parmi les employeurs ou employeurs potentiels de sans-papiers : la réforme de la loi sur l’immigration permettrait la régularisation des étrangers qui travaillent ou qui détiennent une promesse d’embauche.

Il n’y a pas de régularisation!

Malgré les annonces faites par le gouvernement, non seulement on est loin d’une telle régularisation sur la base du travail, mais la disposition à l’origine de cette rumeur pourrait s’avérer être un véritable piège pour les personnes en situation irrégulière.
Le seul fait de travailler – et de pouvoir justifier d’un emploi – ne donnera aucunement un droit automatique à une carte de séjour.
Le dispositif n’est opérationnel que sur la base d’une liste des professions décrétées « sous tension ». De fait, il y a deux listes, l’une réservée aux ressortissants des derniers pays entrés dans l’Union européenne, comprenant plus d’une centaine de professions peu qualifiées (celles exercées bien souvent par des travailleurs sans autorisation de travail), et une autre, plus courte, de métiers exigeant pour la grande majorité d’entre eux des diplômes de l’enseignement supérieur, qui sera celle applicable aux non communautaires qui ne correspond en rien aux métiers exercés de fait et habituellement par les sans-papiers.
Depuis l’annonce d’une possible régularisation par le travail beaucoup d’étrangers se précipitent en préfecture. Après le fichage des familles favorisé par la prétendue régularisation de juin 2006, s’opère celui des étrangers qui souhaitent travailler.

Ils risquent l’expulsion!

La Cimade tient à alerter les sans-papiers et tous ceux qui les soutiennent : il est important qu’ils ne se rendent pas en préfecture sans s’être renseigné auprès des coordinations de sans-papiers, des associations comme La Cimade ou d’un syndicat.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.