Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Six mois bientôt, l’interminable attente des réfugiés de Chucha

23 août 2011

Toujours dans l’attente d’une protection internationale, les réfugiés du camp de Choucha sont anéantis par le manque de perspectives.

À Choucha, l’un des deux camps implantés par les Nations Unies à la frontière tuniso-libyenne, les 3 800 réfugiés encore sur place ne voient pas le bout du tunnel.

Leur incompréhension face à cette situation de blocage est grandissante, car cela fait bientôt six mois qu’ils survivent dans des conditions déplorables. Si la qualité de vie dans le camp s’est tout de même améliorée depuis le rapatriement de près de 200 000 personnes, le manque de perspectives anéantit ceux toujours présents. Souvent dans l’incapacité de retourner dans leur pays d’origine (Somalie, Érythrée, Darfour, Côte d’Ivoire…) ils attendent désespérément un signe de la communauté internationale qui leur permettrait de se réfugier aux États-Unis, au Canada ou en Europe occidentale. Et c’est là que le bât blesse. Les pays d’accueil restent pour l’heure très frileux. Il est plus qu’urgent que la solidarité internationale des pays occidentaux se manifeste en faveur de ceux qui sont toujours en attente, plus de 6 mois après leur arrivée dans le camp.

 
Pour en savoir plus, lire l’article publié par El Watan

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.