Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Outre-Mer

GUADELOUPE GUYANE LA RÉUNION MAYOTTE

» retour

Supprimer le visa Balladur : et pourquoi pas ?

17 octobre 2017

Depuis plusieurs jours, Mayotte connaît une mobilisation d’une rare ampleur, pour « faire face à l’abandon de Mayotte par l’Etat français » et pour empêcher la « vague migratoire » comorienne : manifestations, blocage du service immigration de la préfecture, blocage de l’accès à un dispensaire… La raison ? L’Etat français voudrait faciliter l’accès au visa pour Mayotte depuis les îles comoriennes voisines. Présenté comme une menace, ne s’agirait-il pas là plutôt d’une piste de solution ?

 cimetière des « kwassas » à Mayotte © Leny Stora

« Risque de submersion », « régularisation massive de clandestins », « futur calais de l’océan Indien », à entendre certains médias locaux, Mayotte ne devrait pas tarder à être engloutie sous les vagues de l’immigration comorienne et à disparaître des radars.Les voyants seraient au rouge et l’Etat en serait le responsable. Depuis la tenue du Haut-Conseil Paritaire franco-comorien du 15 septembre 2017 et l’annonce d’un potentiel assouplissement des conditions d’obtention du visa depuis les Comores, les spéculations vont bon train sur le risque d’invasion du 101ème département français.

Si toute mobilisation citoyenne qui demande plus de prise en compte de l’avis de la population est louable par essence, La Cimade se questionne sur le consensus qui semble se dégager de cette mobilisation et où on ne semble pas entendre de regard critique sur l’impasse que connaît Mayotte actuellement. Nous tenons ainsi à exposer un avis différent sur ce sujet d’actualité et présenter la fin du visa Balladur comme une avancée pour Mayotte et l’ensemble de l’archipel.

Avant toute chose, il nous semble déterminant de rappeler que ces échanges diplomatiques entre le gouvernement français et celui des Comores datent non pas du 12 septembre mais de…. 2011 ! A l’époque, sous le gouvernement Sarkozy, un accord bilatéral avait déjà conclu et évoquée le fait que la France était prête à « examiner toute mesure d’assouplissement des conditions d’octroi ou de délivrance du visa d’entrée à Mayotte ». Sous le gouvernement Hollande ensuite, le 28 novembre 2013, un pré-accord allant dans le même sens évoque que « la France s’engage à faciliter, dans la durée de validité de leur passeport, la délivrance d’un visa de court séjour à entrées multiples, d’une durée de validité limitée à cinq ans, pour des séjours n’excédant pas 90 jours aux ressortissants de l’Union des Comores » pour certaines catégories. Ainsi, cela fait 6 ans que des tractations ont lieux entre gouvernement, il est de ce fait difficile de croire à des négociations menées sans que les élus mahorais soient au courant.

L’impasse de la situation actuelle

Nos élus sont également bien au fait d’une chose, que plusieurs d’entre eux oublient trop souvent de rappeler : il s’agit de l’impasse de la politique migratoire française dans laquelle Mayotte. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • 15 à 25 000 expulsions par an depuis 10 ans, dont 2 à 5000 mineurs. Des expulsions la plupart du temps illégales, avec une grande partie des personnes qui reviennent à Mayotte.
  • la « création » de plusieurs centaines de mineurs isolés étrangers tous les ans suite à l’expulsion de leurs parents.
  • le coût d’une politique d’éloignement absurde évaluée entre 50 et 70 millions d’euros par an
  • entre 15 à 20 000 cartes de séjour d’un an qui sont renouvelées ou délivrées tous les ans mais qui ne s’appliquent qu’à Mayotte et qui ne permettent pas aux personnes régularisées de se rendre sur le reste du territoire français sans un visa

 

Centre de rétention de Mayotte © Leny Stora

 

Comme l’indiquait le rapport de la Cour des Comptes de janvier 2016 que personne n’a contesté, la situation d’impasse de cette  politique répressive appelle à une « action diplomatique aussi délicate qu’énergique » pour viser « l’intégration de Mayotte dans son environnement régional […] vecteur essentiel du développement mahorais, tant du point de vue économique que sécuritaire« .

Les bienfaits de la liberté de circulation

A l’inverse des choix politiques actuels, la volonté de permettre une plus grande liberté de circulation nous semble aller dans le bon chemin. Faciliter l’obtention des visas vers Mayotte, c’est prendre en compte le fait que des personnes ont toujours circulé et circuleront toujours entre les quatre îles. Si cette circulation est devenue « illégale » en 1995 avec l’apparition du visa dit Balladur, elle ne s’est pas atténuée, bien au contraire. L’écart croissant de richesse entre Mayotte et Anjouan y est pour beaucoup. Il faut également avoir en tête que nombreuses sont les personnes qui pourraient repartir de Mayotte vers les autres îles si elles pouvaient y revenir de temps en temps sans risquer leur vie lors de la traversée. Tous les jours, ce sont près d’une dizaine de personnes qui se font expulser de Mayotte de leur plein gré vers Anjouan, pour des raisons multiples : leurs soins sont finis, impératifs familiaux… Rendre légal cette circulation, c’est en finir avec cette idée qui voudrait nous faire croire que la frontière maritime mahoraise peut être étanche, c’est permettre aux personnes de bénéficier de plus de droits, c’est faciliter les échanges économiques et c’est tout simplement sauver des vies.

Penser une plus grande liberté de circulation, c’est également permettre aux personnes en situation régulière à Mayotte de se rendre sur le reste du territoire français sans visa, contrairement à la volonté de l’Etat français d’empêcher ces personnes de quitter l’île lorsqu’elles le souhaitent. La Cimade porte cette revendication depuis plusieurs années déjà.

Enfin, nous croyons que Mayotte devrait également s’inscrire dans une politique de co-développement régional qui pourrait, à terme, être bénéfique pour toutes et tous, par la réduction des inégalités. La question de la liberté de circulation ne peut en effet pas être une solution en elle-même pour les difficultés que connaît Mayotte et plus globalement l’archipel des Comores.

Parce qu’une coopération suppose au minimum qu’on soit deux, la solution ne relève pas uniquement des politiques publiques menées à Mayotte mais également à celles qui le sont dans l’Union des Comores. Trop nombreuses sont les personnes qui quittent cette partie de l’archipel en raison de la misère et des trop nombreuses défaillances étatiques.

Le Groupe local de la Cimade-Mayotte.

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.