Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Tous des réfugiés

1 avril 2016

La numéro 88 de la revue Causes communes d’avril 2016 est sorti. Retrouvez ici l’éditorial sur les déplacés environnementaux, le sujet du dossier.

À l’horizon 2050, l’ONU prévoit 250 millions de « réfugiés » environnementaux dans le monde…, de quoi donner des sueurs froides à l’Union européenne actuelle qui, dans un cynisme absolu, ne sait plus quoi inventer pour éviter d’accueillir et porter secours aux milliers de personnes, fuyant les persécutions, la guerre et/ou la misère, qui osent encore lui demander protection en ce début 2016.

On peut tenter de la rassurer en précisant : que ces projections peuvent toujours être contrariées si la dynamique COP21 finit par produire des effets, et que les déplacements « environnementaux » des premières et principales victimes, les populations les plus pauvres, seront essentiellement à l’intérieur de leur pays d’origine, ces dernières ne disposant pas des ressources financières ou des réseaux pour partir ailleurs.

Mais l’Union européenne, à l’instar des autres zones géographiques moins concernées par les ravages du dérèglement climatique notamment, est-elle finalement si inquiète ? Comme le rappelle Christel Cournil dans le dossier de ce Causes communes, « cela intéresse peu, de manière générale […] car le migrant climatique est perçu comme abstrait, il n’est pas incarné mais est perçu comme loin et hypothétique, alors qu’en fait tout est lié ».

De-là, alors, à envisager une protection internationale et un statut juridique aux personnes déplacées pour des raisons environnementales, il y a un pas de géant… qui ne semble pas prêt d’être franchi, même si certaines initiatives et réflexions, notamment universitaires, ont été engagées depuis quelques années.

Création d’un statut juridique spécifique ou extension de l’application de la Convention de Genève de 1951 par une définition actualisée du statut de personne réfugiée, le débat est ouvert mais fait froid dans le dos, à attendre les observateurs les plus avertis. En substance, modifier la Convention de Genève reviendrait, dans la période actuelle, à ouvrir la boîte de Pandore, tant le risque serait grand que la communauté internationale en profite pour abaisser fortement les normes de protection accordées à l’ensemble des personnes réfugiées aujourd’hui…

Tout est dit dans cette prévision néfaste sur le « vers quoi nous allons » si nous ne disons pas stop à ce monde qui se ferme, prêt à tourner le dos à la figure même du « réfugié » persécuté, fuyant les guerres et/ou les conséquences de la dégradation du climat dont nous sommes collectivement responsables. Autre intervenant de notre dossier, Antoine Pécoud a raison, « il faut revoir les politiques d’immigration de manière globale et être capable d’accueillir les personnes, qu’elles migrent pour des raisons économiques, politiques ou climatiques ».

Jean-Claude Mas, secrétaire général de La Cimade

 

CC88_Couv400

 

> Lire le sommaire du n°88 de Causes communes.

> S’abonner à la revue Causes communes en ligne.

> Télécharger le bulletin d’abonnement à retourner par la poste.

> Commander par email le n°88 de Causes communes.

> Retrouver Causes communes dans une librairie de votre ville.

 

 

Photographie : © Laurent Weyl / Argos / Picturetank – Ne dépassant pas 4 mètres à son sommet, l’île est quasi plate. Une vague puissante suffirait à la rayer de la carte de l’océan Pacifique. Atoll de Funafuti, île de Fongafale, Tuvalu, 2006.

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.