Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Travailleurs Sans-Papiers : syndicats et associations demandent une circulaire de régularisation

6 octobre 2009

Le 2 octobre, 11 organisations syndicales et associations ont adressé une lettre à Monsieur Fillon pour demander qu’une circulaire de régularisation des travailleurs Sans-Papiers soit prise.

Le 2 octobre, 11 organisations syndicales et associations ont adressé une lettre à Monsieur Fillon pour demander qu’une circulaire de régularisation des travailleurs Sans-papiers soit prise.

Les signataires de ce courrier, la CGT, la CFDT, Solidaires, la FSU, l’UNSA, la LDH, la Cimade, RESF, Femmes Egalité, Autremonde et Droits devant !!, demandent des critères améliorés et simplifiés par rapport aux textes existant ainsi qu’une procédure sécurisée et standardisée garantissant une égalité de traitement entre les travailleurs Sans-Papiers quels que soient leur nationalité et leur département.

Les organisations constatent en effet des blocages récurrents dans les préfectures, un traitement hétérogène des situations d’un département à l’autre et des discriminations entre les travailleurs.

Les différents textes pris par le ministère de l’Immigration en 2008 suite à l’immense mobilisation des travailleurs Sans-Papiers ne sont pas appliqués. Les administrations exigent de plus en plus de pièces, font durer les procédures… Et de nombreuses catégories de travailleurs sont de fait exclus du dispositif : les intérimaires, les salariés non déclarés, les travailleurs-euses du secteur de l’aide à la personne, les ressortissants algériens…

En avril 2008, une première lettre interassociative et intersyndicale avait été envoyée à Monsieur Fillon par la CGT, la CFDT, la Cimade et la LDH pour demander une rencontre entre les organisations et les ministères concernés afin que soit trouvée et appliquée une procédure claire, transparente et juste.

Monsieur Fillon avait répondu qu’il fallait laisser le temps à la loi de trouver toute son application avant d’en tirer des conclusions et d’envisager d’éventuelles modifications.

Les 11 organisations signataires de la lettre du 2 octobre pensent que ce temps est venu…

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.