Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Un nouveau mécanisme pour perfectionner la machine à fabriquer des clandestins

2 mars 2012

110 euros pour avoir le droit de déposer une demande de titre de séjour ! C’est ce qu’exige depuis le 29 décembre 2011 l’administration vis-à-vis des étrangers qui sont entrés sans visa, avec le mauvais visa ou qui sont en situation irrégulière.

110 euros pour avoir le droit de déposer une demande de titre de séjour ! C’est ce qu’exige depuis le 29 décembre 2011 l’administration vis-à-vis des étrangers qui sont entrés sans visa, avec le mauvais visa ou qui sont en situation irrégulière. 

Bien sûr, en cas de refus de la demande puis d’expulsion, cette somme ne sera pas remboursée.

Ainsi, pour dissuader encore un peu plus les étrangers de régulariser leur situation, le gouvernement a choisi une nouvelle arme : l’augmentation des taxes. En effet, une personne étrangère qui obtient un titre de séjour « travail » peut désormais payer jusqu’à 240 € contre 70 auparavant ! Et en tout, pour une première demande, une personne étrangère peut devoir débourser jusqu’à 708 € !

Après les files d’attente interminables, le manque d’information ou l’exigence de pièces arbitraires, l’augmentation vertigineuse du prix d’un titre de séjour devient un nouvel obstacle pour obtenir des papiers. Face à cette nouvelle exigence, on peut craindre que nombreux seront ceux et celles préférant vivre cachés plutôt que de parier régulariser leur situation au risque de se faire expulser voire interdire de territoire et perdre 110 € !

En effet, la Cimade avait déjà pu constater l’effet dissuasif d’une telle taxe non-remboursable sur les visas lors d’une enquête auprès des consulats. Les personnes désirant venir en France doivent payer respectivement 60€ ou 99€ pour déposer une demande de visa court ou long séjour, non remboursable en cas de refus. Et la mise en place de cette taxe a coïncidé avec une chute significative de la demande de visas (chute de la demande de 20% entre 2002 et 2004).

La même logique semble guider la récente décision gouvernementale d’augmenter les taxes pour les demandes de titre de séjour. Diminuer le nombre de demandes est en effet une façon efficace de réduire le nombre de titres de séjours délivrés, au bénéfice des objectifs affichés.

L’augmentation des taxes, un nouveau mécanisme ajouté à la machine à fabriquer des clandestins.

Pour en savoir plus voir  « Entrée, séjour, dissuasion à tous les étages », interview de Marie Hénocq, responsable de la commission migrants à La Cimade.

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.