Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Un retour inimaginable…

9 février 2009

Monsieur F. se fait interpeller sur la voie publique à Caen le 27 janvier 2009. A l’issue de 24 heures de garde à vue, le préfet du Calvados lui notifie un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (APRF). M. F. est aussitôt conduit au centre de rétention administrative (CRA) de Rouen-Oissel.

Monsieur F. se fait interpeller sur la voie publique à Caen le 27 janvier 2009. À l’issue de 24 heures de garde à vue, le préfet du Calvados lui notifie un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (APRF). M. F. est aussitôt conduit au centre de rétention administrative (CRA) de Rouen-Oissel.

Le 29 janvier au matin, à notre arrivée au centre, M. F. se dirige aussitôt vers nous pour solliciter un entretien. Il connaît la Cimade. Son avocat, à Caen, lui en a parlé. Nous saluons les retenus, prenons des nouvelles et regardons brièvement les documents des nouveaux venus afin d’évaluer l’urgence. M. F. ne nous quitte pas du regard. Il est inquiet et impatient de pouvoir enfin nous exposer sa situation. Il est faible. Toute la nuit, il a été malade. Il ne sait pas ce qu’il a. Il a mal au ventre, il ne peut rien avaler. Sa ceinture et ses lacets lui ont été enlevés à son arrivée au centre, pour des raisons de sécurité. M. F. tient d’une main son pantalon qui menace de tomber à ses genoux et traîne des pieds pour ne pas perdre ses chaussures.

Il est Angolais. Plus précisément, du Cabinda, une enclave de l’Angola qui lutte pour son indépendance. Il milite au Front de libération de l‘enclave du Cabinda (FLEC), un mouvement d’opposition jugé subversif par les autorités officielles. Dans la nuit du 13 février 2004, M. F. est arrêté par la police alors qu’il colle des affiches dans la rue avec des camarades. Sans même être jugé, il est placé en détention. Après 3 mois d‘enfermement, il réussit à prendre la fuite grâce à la complicité de surveillants d’origine cabindaise. L’engagement dans la lutte pour l’indépendance, c’est une histoire de famille. La mère de M. F. est tuée en mai 1992 à Palanca, comme de nombreux autres civils, lors d’affrontements entre le Mouvement Populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) et l’Union nationale pour l‘indépendance totale de l‘Angola (UNITA). Son père est assassiné le 31 janvier 1994 par l’armée angolaise. Son unique frère a pris le maquis, M. F. n’a aucune nouvelles de lui.

Après sa fuite de prison, Monsieur F. décide de quitter l’Angola. Il entre en France en juin 2004 où il demande immédiatement l’asile politique. Il raconte son histoire, la prison, les tortures, l’oppression dont les Cabindais sont les victimes. Il raconte la mort de ses parents, la disparition de son frère. Il raconte le danger qu’il encoure en Angola, présente un acte de recherche à son encontre produit par la direction nationale des investigations criminelles angolaises. Il apporte un article de journal qui fait état de l’assassinat, par représailles des deux surveillants qui l’avaient aidé à s’échapper de la prison. L’Office français pour la protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) rejette sa demande. Auprès de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), il n’obtient pas non plus gain de cause. La CNDA considère que ni les pièces du dossier ni les déclarations de M. F. à l’audience ne permettent de tenir pour fondées ses craintes. Après ces rejets, M. F. reçoit un courrier de l’administration qui l’« invite à quitter le territoire français ».

Pour lui, la question du retour n’est pas imaginable. M. F. continue donc sa vie en France, comme avant. Il travaille et partage un appartement avec sa petite amie qui le soutient. Ce matin, elle vient au centre pour nous communiquer des documents. L’heure de la visite est passée, nous la rejoignons sur le parking de l’école de police. Le recours au tribunal administratif (TA) a été fait par l’avocat de Caen, mais il n’est pas certain qu’il soit présent au TA de Rouen. La jeune femme nous donne un dossier rempli d’attestations de la famille et des proches. Son père, sa mère, ses frères et sœurs, des voisins et amis, tous attestent de la relation stable et durable que le couple entretien et  du fait que M. F. est bien intégré dans la famille et le réseau amical. Dans le froid, entre les portillons automatiques et les grilles de la sortie, nous expliquons quelques éléments de procédure. Le 30 janvier, M. F. est présenté devant le juge des libertés et de la détention qui considère que la procédure est régulière. La rétention est prolongée de 15 jours. Le 2 février, le tribunal administratif juge l’APRF illégal. La préfecture devra réexaminer la situation administrative de M. F.

Chronique de rétention

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.