Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Sud-Ouest

» retour

Une conjointe de français placée en rétention à Toulouse le jour du lancement de la campagne nationale « Amoureux au Ban public »

18 juillet 2008

COMMUNIQUE DE PRESSE: Arrestation et mise en rétention d’une épouse de français à Toulouse Le 16 juillet 2008, le collectif des « Amoureux au ban public » lançait officiellement une campagne nationale pour le droit des couples mixtes à vivre en famille. Le même jour à 6h30, Mme A. de […]

COMMUNIQUE DE PRESSE: Arrestation et mise en rétention d’une épouse de français à Toulouse

Le 16 juillet 2008, le collectif des « Amoureux au ban public » lançait officiellement une campagne nationale pour le droit des couples mixtes à vivre en famille.

Le même jour à 6h30, Mme A. de nationalité malgache vivant à Toulouse est arrêtée à son domicile par la police aux frontières. Elle se trouve actuellement au Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu.

Mme A. est entrée légalement en France en 2002. Peu de temps après son arrivée, elle fait la connaissance de M. D., de nationalité française. Les amoureux s’installent dans leur domicile toulousain au mois d’août 2004 et après trois ans de vie commune, ils décident de consacrer leur union en se mariant le 1er décembre 2007 devant le Maire de Toulouse.

Un mois avant cette union, Mme A. reçoit un refus de séjour et une obligation de quitter le territoire français notifié par la préfecture de la Haute-Garonne. M. le Préfet cherche aujourd’hui à exécuter cette mesure sans se soucier du droit au respect de la vie privée et familiale de Mme A. La législation permet pourtant aux personnes mariées à un ressortissant français et justifiant de 6 mois de vie commune de se voir délivrer en France un visa de long séjour puis un titre de séjour.

La décision de l’administration met en péril plus de trois années de communauté de vie et démontre une nouvelle fois un acharnement envers les personnes dont le seul tort est d’aimer un français.

La Cimade demande la remise en liberté immédiate de Mme A. pour lui permettre de solliciter à Toulouse le titre de séjour auquel elle peut prétendre.

Contact presse : 06 22 56 60 74

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.