Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Une stèle en mémoire des migrants du centre de rétention administrative de Rivesaltes

10 décembre 2008

Aujourd’hui, près d’un an après sa fermeture, la Cimade souhaite que l’on se souvienne des milliers de migrants reconduits depuis le centre de Rivesaltes. Une stèle sera inaugurée à leur mémoire le samedi 12 décembre 2008 à 11 heures.

À Rivesaltes, au nord de Perpignan, se trouve le camp Joffre, un ancien terrain militaire, aujourd’hui désaffecté pour sa majeure partie. Cela n’a pas toujours été le cas : près de 20 000 personnes y ont été internées durant la Seconde Guerre mondiale et un nombre plus grand encore après la guerre d’Algérie, lorsque ce camp a servi de lieu de transit pour des familles de Harkis. De 1985 à 2007, d’autres personnes y ont été retenues.

La rétention administrative, qui permet l’enfermement légale des personnes en situation irrégulière en vue de leur expulsion, est créée par la loi du 29 octobre 1981. Le centre de rétention administrative (CRA) de Rivesaltes ouvre ses portes en janvier 1985.

Situé sur la partie du terrain utilisée exclusivement par les militaires, le CRA était constitué d’un ensemble de préfabriqués. Durant 22 ans, ce sont plus de 20 000 personnes, majoritairement des hommes, venues des quatre coins de la planète et qui avaient quitté leur pays d’origine la misère et les violences, qui y ont été placées. « Retenus » sur décision administrative, c’est dans ce centre qu’ils ont attendu l’avion ou le bateau qui devait les ramener « chez eux ».

En décembre 2007, ce centre a été fermé. Non pas pour mettre fin à la rétention et aux reconduites à la frontière mais pour créer près de l’aéroport de Perpignan un nouveau centre : plus grand, plus moderne, avec plus de caméras, plus de grillages et plus de surveillance et  de surcroît habilité à « accueillir » des femmes et des familles.

Aujourd’hui, près d’un an après sa fermeture, la Cimade souhaite que l’on se souvienne des milliers de migrants reconduits depuis le centre de Rivesaltes. Une stèle sera inaugurée à leur mémoire le samedi 13 décembre 2008 à 11 heures.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.