fbpx
S'informer

» retour

Episode 3 – Amour indésirable

Il y a trois ans, Zinedine a quitté la Kabylie en Algérie dans l’espoir de vivre une vie meilleure. Lors d’un contrôle d’identité, il reçoit une obligation de quitter le territoire français (OQTF) assortie d’une interdiction d’y revenir (IRTF) et est placé en centre de rétention (CRA). Resté en France pour le travail, il tombe amoureux de Faouwsia, une française. Seulement, il n’imaginait pas que l’IRTF serait un véritable obstacle à leurs projets d’avenir et, comme le précise Faouwsia, au fait de « vivre normalement ».

Amour indésirable : le troisième podcast de la série « Nous, les banni·e·s »

La Cimade présente le troisième témoignage de la série « Nous, les banni·e·s », son podcast qui donne la parole aux invisibles.

Dans cet épisode, Zinedine et Faouwsia mettent en lumière le mécanisme d’exclusion découlant d’une interdiction de retour sur le territoire français.

Comme des milliers de personnes, la situation de Zinedine a évolué depuis la réception de son IRTF et sa rétention en 2019. Marié en 2021 avec une française, il peut prétendre à la délivrance d’un titre de séjour de plein droit – précieux sésame pour vivre plus sereinement. D’ailleurs, il a juridiquement le droit de voir sa situation être réexaminée par la préfecture.

Or, l’interdiction de retour va lui rappeler qu’il n’a pas le droit de vivre en France auprès de son épouse. « Son dossier est sans suite, suite à son IRTF » confie Faouwsia.  En raison d’une décision prise à un moment donné dans sa vie, Zinedine se retrouve banni du territoire pour une durée indéterminée. Et son épouse, française, en subit également les conséquences : « on ne peut pas penser au futur ».

Également, l’obstacle que représente ce bannissement entraîne une activité contentieuse importante : les personnes étrangères doivent saisir systématiquement la justice pour faire valoir leurs droits. Cela représente d’une part une suspension de leur vie qui est pourtant ici, en France, une crainte constante d’une interpellation et d’une expulsion et une mise au ban de la société. D’autre part, cela équivaut à un surinvestissement humain et matériel conséquent des associations, des juridictions et des préfectures qui pourraient être évité.

Au travers du récit de Zinedine et Faouwsia, le constat reste malheureusement ordinaire : parce qu’étrangères indésirables sur le sol français, des milliers de personnes sont empêchées de vivre dignement pendant plusieurs années.

La Cimade dénonce la machine à expulser et revendique :

  • La suppression des IRTF, instrument de bannissement ;
  • Une réforme en profondeur du droit applicable en changeant de paradigme : des dizaines de milliers de personnes ont construits leur vie en France et restent privées de leurs droits ;
  • L’arrêt des expulsions et l’acharnement institutionnel à l’encontre des personnes qui restent en France.

(RÉ)ÉCOUTEZ NOS PODCASTS SUR VOS PLATEFORMES D’ÉCOUTE

🎧 Spotify : https://open.spotify.com/show/5BZXLhs3wW2pENWu8lNNWz

🎧 Amazon Music : https://music.amazon.fr/podcasts/f87f21ff-4ce8-4605-9220-88bd4dac3b8c/nous-les-banni%C2%B7e%C2%B7s

🎧 Apple Podcastshttps://podcasts.apple.com/fr/podcast/nous-les-banni-e-s/id1655395709