Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Ile-de-France Champagne Ardennes

» retour

Campagne Ni une ni deux : distribution symbolique de couvertures de survie

6 avril 2010

Dans le cadre de la campagne Ni une Ni deux, des couvertures de survie ont été envoyées aux maires et au conseil régional d’Ile-de-France, ainsi qu’à Eric Woerth, Nadine Morano, Eric Besson et Marc-Philippe Daubresse, pour demander que toutes les femmes étrangères victimes de violences puissent accéder à leurs droits sociaux.

En effet, une femme sans papiers qui décide de fuir une situation de violences ne trouve souvent d’autre solution que de dormir dans les bus de nuit, les urgences des hôpitaux, les gares, ou même dans la rue. Sans titre de séjour, il est très difficile d’obtenir une place d’hébergement d’urgence, bien que l’accès aux centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), aux  hôtels sociaux ou aux foyers maternels, n’y soit pas conditionné.

Confrontées à un manque de moyens et de places, les structures d’accueil ne peuvent, au mieux, que réserver quelques places aux femmes étrangères en situation irrégulière. Elles n’ont pas les moyens de les accueillir durablement, et ce d’autant plus que les perspectives de réinsertion sociale restent conditionnées à un titre de séjour. Ces femmes se voient alors généralement refuser un  hébergement d’urgence, auquel elles ont pourtant pleinement droit.

Ce problème d’hébergement ne représente que l’un des obstacles auquel une femme étrangère victime de violences doit faire face lorsqu’elle décide de se protéger. Comment peut-elle fuir les violences et se reconstruire lorsqu’elle se voit refuser l’accès à un hébergement, à l’aide juridictionnelle ou l’ouverture d’un compte bancaire? Officiellement, ces droits ne sont pourtant pas conditionnés à la présentation d’un titre de séjour.

Une action citoyenne a prolongé cette distribution symbolique pour demander aux élu-e-s de s’engager en signant la Charte de la campagne.

– Par ailleurs, une action théâtrale et ludique est prévue le jeudi 8 avril à 19h place du Châtelet à Paris, avec la participation de la Compagnie Acidu et des prises de parole d’associations. Une « consultation ophtalmologique publique pour les préfectures » sera alors organisée afin de dénoncer les dysfonctionnements et les pratiques abusives qui représentent le quotidien des femmes étrangères victimes de violences, et pour demander l’application de la loi.

– Enfin, l’évènement de clôture de la campagne aura lieu le mercredi 14 avril au Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon (18ème), à 19h. Ce sera notamment l’occasion de revenir sur le déroulement de la campagne, les actions menées et leur portée politique, mais aussi de rassembler les différents acteurs impliqués contre la double violence faite aux femmes étrangères et de donner la parole aux associations partenaires et aux élu-e-s engagé-e-s à nos côtés, tout en partageant un moment convivial autour d’un verre et d’un concert. Nous invitons largement à venir participer à cette soirée festive et politique, dont les détails seront mis en ligne sur le site.

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.