Bretagne-Pays de Loire

» retour

“A mon âge, je vois des gens qui font plein de trucs, des formations, le lycée, le bac, le permis … Moi, je n’ai même pas le droit de sortir dehors.”

31 juillet 2020

Wahbi est arrivé en France mineur. Il aurait dû être pris en charge et suivi socialement, cela n’a été le cas. Il s’est retrouve à la rue. Pour autant, il a réussi à apprendre le français, à se débrouiller pour vivre. Il a rencontré une jeune femme avec qui il s’est installé. Ils avaient des projets de vie en commun.
Mais suite à un simple contrôle d’identité, il a été placé au centre de rétention de Rennes.

#MaParoleEstLibre

 

« Ici, franchement, je suis dégouté, je suis déprimé, ça me rend fou. A mon âge, je vois des gens qui font plein de trucs, des formations, le lycée, le bac, le permis … Moi, je n’ai même pas le droit de sortir dehors. C’est chaud. 

Ici, c’est chaud, on voit des femmes enceintes, des enfants. 

J’ai traversé la mer à l’âge de 16 ans, j’ai réfléchi pour sortir de mon pays, pour me débrouiller, pour aider ma famille. Je suis venu j’avais un CAP soudeur, je l’ai eu à l’âge de 15 ans. J’ai commencé à 14 ans à aider ma famille. 

J’ai traversé la mer sur un petit bateau de 5/6 mètres avec une quinzaine de personnes. Le bateau a fait naufrage, je suis resté 25 jours dans le coma. En Italie, au début, ça allait car j’étais mineur. 

Quand je suis arrivé en France, même mineur, ça ne se passait pas bien. Mon éducatrice, elle changeait tout le temps, je n’ai pas eu de suivi. On m’a donné des rendez-vous, tous les 2/3 mois, mais à la fin, il ne s’est rien passé, je n’ai pas été pris en charge, je n’ai même pas vu un dentiste alors que j’avais une infection des dents. 

Je me suis retrouvé à la rue, je ne parlais pas bien français, c’est difficile. Je ne savais pas quoi faire. Si j’avais été pris en charge et si j’avais été à l’école en France, ça aurait été différent. 

Après tout ça, je suis enfermé, je galère, c’est un truc de ouf. 

Je pense à ma mère, elle a deux enfants. Ça fait 9 ans que je n’ai pas vu mon père, il est venu me voir au centre de rétention mais j’ai refusé la visite tellement j’étais choqué. Je pense à mon petit-frère et à ma petite-soeur. Ma mère ne travaille pas, c’est galère là-bas. 

J’ai 18 ans. Des gens m’ont aidé à trouver des petits boulots pour que je puisse manger et m’habiller, j’ai jamais fait de mal à quelqu’un. 

Là, je veux me calmer. J’étais avec ma copine dans un petit studio, j’étais bien. J’avais un peu d’argent. Je veux avancer. 

Je ne sais plus quoi dire. De raconter tout ça, ça me fait penser à plein de trucs que je préfèrerais oublier. 

Mais ça va aller. Un jour. » 

 Wahbi, expulsé après 59 jours d’enfermement, 2 jours après nous avoir livré son témoignage

 

 

#MaParoleEstLibre
La Cimade publie les témoignages des personnes qu’elle accompagne, en particulier dans les centres de rétention. Une parole libre d’une personne enfermée. Une parole qui permet de saisir les conséquences des politiques à l’égard des personnes en migration. Des textes, des extraits sonores ou des vidéos recueillis par les intervenant·e·s de La Cimade.

> Retrouver tous les témoignages #MaParoleEstLibre

Auteur: Région Bretagne Pays de Loire

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.