fbpx
Agir
Kathia veut travailler et vivre normalement mais on l’en empêche. Non à son expulsion !

Kathia veut travailler et vivre normalement mais on l’en empêche. Non à son expulsion !

2921 soutiens. Aidez-nous à atteindre 3000 !

Kathia Sy est un jeune malien arrivé en France le 3 septembre 2018. Le 26 juin 2023, il a signé un CDI avec l’entreprise Gagneux en tant que peintre en bâtiment à Argentan. Bien que les entreprises ornaises de ce secteur rural ne réussissent pas à recruter, la préfecture de l’Orne refuse un titre de séjour à Kathia Sy et veut l’expulser du territoire.

Mise à jour du 4 avril 2024 : Le 30 mars Kathia a reçu un courrier de la préfecture constatant l'écart entre le dossier en sa possession et les informations parues dans la presse. Elle propose qu'il dépose un nouveau dossier d'Admission Exceptionnelle au Séjour, tout en précisant que cela ne préjuge pas de la décision définitive. Il est donc important de rester vigilant afin que cette demande, soumise au pouvoir discrétionnaire du préfet, aboutisse. 

Pétition à Monsieur le Préfet de l’Orne,

Kathia SY doit pouvoir travailler à Argentan. C’est grâce à son parcours d’insertion professionnelle et sociale sans faute qu’il bénéficie du soutien des acteurs du territoire. Kathia a effectué une formation et un apprentissage au Lycée Gabriel d’Argentan et dans l’entreprise Gagneux avec laquelle il a signé un CDI, interrompu par la notification d’une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Xavier Lainé, directeur de l’entreprise, s’engage pour que Kathia “rejoigne les rangs du monde du bâtiment qui l’attend”. Frédéric Léveillé, maire d’Argentan, est également mobilisé pour ce jeune “intégré socialement, notamment au sein de la structure Habitat Jeunes et attendu par une entreprise de la ville”. Kathia, quant à lui, ne peut qu’exprimer son incompréhension “J’ai un CDI, je ne suis pas à la charge de la société, je veux travailler et vivre normalement et... on m’en empêche”.

Refuser un titre de séjour pour un jeune parfaitement intégré sur un territoire qui manque de main d’œuvre et qu’une entreprise locale sa bat pour garder en CDI, voilà l’absurdité de la politique gouvernementale actuelle, incarnée par la loi “ asile immigration”.

Nous demandons à Monsieur le Préfet de l’Orne, de lever l’Obligation de Quitter le Territoire Français prononcée à l’encontre de Kathia Sy et de lui délivrer un titre de séjour l’autorisant à travailler.

En signant la pétition, vous écrivez directement à Monsieur le Préfet de l’Orne.

 

Partager

Kathia veut travailler et vivre normalement mais on l’en empêche. Non à son expulsion !

Pétition à Monsieur le Préfet de l’Orne,

Kathia SY doit pouvoir travailler à Argentan. C’est grâce à son parcours d’insertion professionnelle et sociale sans faute qu’il bénéficie du soutien des acteurs du territoire. Kathia a effectué une formation et un apprentissage au Lycée Gabriel d’Argentan et dans l’entreprise Gagneux avec laquelle il a signé un CDI, interrompu par la notification d’une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Xavier Lainé, directeur de l’entreprise, s’engage pour que Kathia “rejoigne les rangs du monde du bâtiment qui l’attend”. Frédéric Léveillé, maire d’Argentan, est également mobilisé pour ce jeune “intégré socialement, notamment au sein de la structure Habitat Jeunes et attendu par une entreprise de la ville”. Kathia, quant à lui, ne peut qu’exprimer son incompréhension “J’ai un CDI, je ne suis pas à la charge de la société, je veux travailler et vivre normalement et... on m’en empêche”.

Refuser un titre de séjour pour un jeune parfaitement intégré sur un territoire qui manque de main d’œuvre et qu’une entreprise locale sa bat pour garder en CDI, voilà l’absurdité de la politique gouvernementale actuelle, incarnée par la loi “ asile immigration”.

Nous demandons à Monsieur le Préfet de l’Orne, de lever l’Obligation de Quitter le Territoire Français prononcée à l’encontre de Kathia Sy et de lui délivrer un titre de séjour l’autorisant à travailler.

Civilité
En cochant cette case, vous acceptez de recevoir les informations de La Cimade. Pour plus d’informations concernant vos données personnelles, cliquez ici.

* Champs obligatoires