Sud-Est

» retour

Gap : malgré le confinement, les solidaires ne lâchent rien pour les droits des mineurs déclarés majeurs

30 mars 2020

Face à la situation alarmante de 23 mineurs logés dans le squat du Césai à Gap, La Cimade 05 et le Réseau Hospitalité avec une dizaine d’associations ont décidé d’interpeller la préfète pour demander leur mise à l’abri.

Le Cesaï à Gap

Des mineurs non reconnus

Ces jeunes n’ont pas été reconnus mineurs par le Conseil départemental des Hautes-Alpes et sont en recours auprès du Juge des enfants ou en appel. Ils sont tous scolarisés dans les lycées de Gap ou d’Embrun. Comme cela se fait dans tous les établissements, scolaires de France les enseignants leur proposent un accompagnement, des devoirs et apprentissages à distance. Mais, n’ayant d’autres hébergement que le squat, ces jeunes sont dans l’incapacité de poursuivre leurs études à distance, et ce malgré toute la bonne volonté de leurs enseignants. Au Césaï pas de connexion ni d’ordinateurs disponibles. Pris en charge, ces jeunes auraient la possibilité de suivre leurs cours en ligne.

Ils devraient rester confinés mais comment leur faire comprendre et les obliger à vivre en promiscuité avec 40 adultes, également présents dans le squat. Beaucoup des bénévoles âgées qui s’occupaient de la restauration doivent maintenant rester enfermées chez elles.

Mise à l’abri immédiate de tous les jeunes

Face à l’urgence, la préfète répond que « les situations individuelles sont à l’étude ». Un référé-liberté a été lancé au tribunal administratif, il sera jugé le 1er avril : les requérants demandent au juge des référés qu’il enjoigne à la préfète des Hautes-Alpes d’organiser leur mise à l’abri immédiate dans des hébergements d’action préventive afin de faire cesser l’atteinte grave et manifestement illégale à leur droit à la vie et à leur droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants.

 

Pourtant le ministère des solidarités et de la santé, et notamment le secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance ont rappelé dans des communiqués  que lors des échanges autour de la loi urgence Covid 19 « les débats  ont également permis de réaffirmer que tout jeune évalué mineur ou majeur sera mis à l’abri ». Rien de tel dans les Haues-Alpes.

Ce qui est en jeu, c’est l’abandon par l’État de ces jeunes qui, ni mineurs, ni majeurs, sont laissés sur le carreau puisque leur âge n’est pas reconnu.

 

Lire tous les articles publiés par La Cimade en lien avec la crise sanitaire du coronavirus.

 

Auteur: Région Sud-Est

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.