Sud-Ouest

» retour

«Mon temps passé en prison à Toulouse»

22 février 2019

M. V. a une demande d’asile en cours en Allemagne, il allait passer quelques jours en touriste en Espagne. Interpellé dans le train à la frontière franco-espagnole, il vient de passer 28 jours enfermé au centre de rétention de Toulouse, avant de pouvoir rentrer en Allemagne. Il nous livre son témoignage sur ce lieu qu’il qualifie de prison.

#MaParoleEstLibre
Témoignage de Monsieur V. qui a été enfermé pendant 28 jours au centre de rétention de Cornebarrieu.

De toute ma vie, je n’ai jamais eu de pire expérience que ce que j’ai vécu à Toulouse. L’expérience d’avoir été menotté et mis en prison comme un criminel est une chose qui ne m’est jamais arrivée depuis que je suis arrivé dans ce monde jusqu’à ce que je passe par Toulouse.

C’est la première fois que je suis menotté et amené devant un magistrat, gardé par 4 policiers, comme si j’avais commis un meurtre ou si j’étais accusé de trahison, pour un crime : celui d’être passé par là sans papiers.

La plus grande douleur que j’ai ressentie dans la prison est que nous ne sommes pas pris en compte. Nous avons été placés dans une cellule très froide, sans chauffage. A tel point que j’ai dû mettre deux vestes et me coucher avec mes chaussures.

La police était très arrogante envers nous et même obtenir des informations de leur part était un problème. C’était comme si nous n’avions aucune importance ou que nous n’étions pas des êtres humains. Pour nous, qui parlions une autre langue, nous n’avions aucune forme de médiateur ou de traducteur dans la prison. Les annonces étaient faites et nous ne comprenions pas ce qui était dit ou demandé. Je me suis plaint aux autorités et, à mon avis, elles n’ont fait aucun effort pour répondre à mes demandes.

Ceci est mon témoignage de mon séjour à Toulouse. Je partage cela pour que le monde entier sache ce que j’ai vécu et ce que doivent subir d’autres personnes comme moi.

 

#MaParoleEstLibre
La Cimade publie les témoignages des personnes qu’elle accompagne, en particulier dans les centres de rétention. Une parole libre d’une personne enfermée. Une parole qui permet de saisir les conséquences des politiques à l’égard des personnes en migration. Des textes, des extraits sonores ou des vidéos recueillis par les intervenant·e·s de La Cimade.

> Retrouver tous les témoignages #MaParoleEstLibre

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.