fbpx

» retour

La route des Canaries : zone de dangers pour les personnes migrantes

29 juillet 2021

La route des Canaries, bien que très fréquentée entre 2006 et 2010, est à nouveau empruntée par les personnes migrantes malgré les dangers. Dans une interview, Moustapha Kamal Kébé, chargé de projet au sein du Réseau migration et développement (RE.MI.DEV) nous éclaire sur les opérations de contrôles et de surveillance ainsi que la coopération mise en place avec les pays ouest africains.

La route des Canaries : zone de dangers pour les personnes migrantes

Depuis 2020, les naufrages de pirogues se multiplient dans l’Océan Atlantique. La route des Canaries, bien que très fréquentée entre 2006 et 2010, avait été délaissée suite aux opérations de contrôles et de surveillance déployées, avec le soutien de l’agence européenne Frontex, afin d’empêcher les départs depuis les côtes ouest-africaines (sénégalaises, mauritaniennes, du Cap Vert et de la Gambie selon les années) à destination des îles Canaries (territoire espagnol). Malgré un taux de mortalité très élevé sur cette route en raison des conditions de navigation, les violences et déplacements forcés subis par les personnes migrantes autour des enclaves de Ceuta et Melilla, en Algérie et en Libye poussent à nouveau les personnes à reconsidérer cette route.

En 2020, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime que plus de 23 000 personnes ont atteint les côtes de l’archipel ibérique[1], soit huit fois plus qu’en 2019[2]. Dans le même temps, Caminando Fronteras a recensé au moins 1851 cas de personnes décédées à cette frontière maritime[3].

Au Sénégal, le Réseau migration et développement (RE.MI.DEV) est un réseau de 25 organisations sénégalaises créé en 2012 pour promouvoir la participation de la société civile à la construction et à la consolidation du dialogue politique et social sur les migrations. Il est issu du « Groupe de travail migrations et développement » à l’initiative de l’USE, partenaire historique de la Cimade depuis 50 ans, et du CONGAD.

Moustapha Kamal Kébé, chargé de projet au sein du REMIDEV, nous éclaire sur la situation :

Quelle est la situation actuelle au Sénégal ? Comment cela se traduit-il au Sénégal ?

 

Quelle est la réponse des autorités sénégalaises face à cette situation ? 

 

Qui sont les autres acteurs qui interviennent aux côtés du Sénégal sur cette question ?

 

Ces mesures ont-elles des effets sur le terrain ?

 

Pour aller plus loin :

Enquêter et rendre compte : l’envers de l’action de Frontex en Afrique de l’ouest, Lydie Arbogast, La Cimade et Moustapha Kémal Kébé, Réseau Migration Développement (REMIDEV), Journée de décryptage 2021.

 

[1] UNHCR data portal, Spain Sea and land arrivals, 1 janvier-31 décembre 2020, 19/01/2020

[2] France Info, De l’Afrique aux Canaries, une route migratoire de plus en plus empruntée et particulièrement dangereuse, 13/04/2021

[3]  Eldiaro.es, La ruta migratoria canaria, la más mortal de Europa, arrastra 1.851 muertes este año, 29/12/2020

Auteur: Service communication

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.