Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

On a tout vu à Nouadhibou, le bonheur et le pire

16 décembre 2010

B, Malien, résidant à Nouadhibou. Témoignage recueilli à Nouadhibou, Mauritanie, juin 2010. Ce témoignage est publié dans le rapport Prisonniers du désert.

« Je suis arrivé en juillet 1991 à Nouadhibou. Chaque année, je me fais recenser auprès des autorités. Je me suis marié à une Mauritanienne en 1998 et j’ai trois enfants, tous inscrits à l’école mauritanienne. Au début je travaillais comme matelot. J’ai arrêté en 2002, le poisson ne se vendait pas à un bon prix et j’ai crée ma cafétéria. Plus tard, j’ai voulu recommencer la mer mais c’est trop compliqué avec les questions de quotas étrangers et Mauritaniens.
On a tout vu à Nouadhibou, le bonheur et le pire. Le bonheur c’est quand on est à l’aise, le pire c’est quand on nous réveille la nuit pour nous mettre dans le centre [de détention des migrants]. (…) J’ai été arrêté une fois, ça m’a choqué. C’était en 2010, en janvier 2010, ça fait 6 mois. A 22h, ils m’ont arrêté, mais pas moi seul, ils ont arrêté tout le monde. L’essentiel pour eux, c’est que le centre ne manque pas de personnes. J’ai passé trois jours au commissariat. Le troisième jour, on nous a emmenés au centre et le soir on nous a évacués [refoulés]. Tu ne pars pas [en refoulement] tant que le chargement n’est pas complet, on peut parler de chargement, comme du bétail. »

B, Malien, résidant à Nouadhibou. Témoignage recueilli à Nouadhibou, Mauritanie, juin 2010. Ce témoignage révélateur de la guerre aux migrants menées en Mauritanie au nom de la protection des frontières européennes  est publié dans le
Rapport Prisonniers du désert. Enquête sur la situation des migrants à la frontière Mali-Mauritanie.

B.Malien, résident à Nouadhibou

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.