Centre-Ouest

» retour

De l’Italie en Creuse, en passant par Dublin…

23 juillet 2018

De l’Italie en Creuse, en passant par Dublin… Un jeune soudanais de Creuse est dans les méandres de la procédure Dublin, comme beaucoup d’autres en France. Localement, la solidarité se développe face à une préfecture qui campe sur ses positions et une machine « Dublin » toujours plus tortueuse. Comme beaucoup, il […]

De l’Italie en Creuse, en passant par Dublin…

Un jeune soudanais de Creuse est dans les méandres de la procédure Dublin, comme beaucoup d’autres en France.

Localement, la solidarité se développe face à une préfecture qui campe sur ses positions et une machine « Dublin » toujours plus tortueuse.

Comme beaucoup, il est entré en France en passant par ailleurs, un autre pays européen, en l’occurrence l’Italie. Il a poursuivi son chemin jusqu’en France, en Creuse, il y a trouvé l’hospitalité et a pu s’engager dans une démarche complexe : demander l’asile.

Mais, sur sa route il a trouvé une autre procédure : la “procédure Dublin” . Sa complexité et le zèle de ceux qui l’appliquent très restrictivement l’ont fait tomber dans un parcours de précarité qui semble sans fin. Depuis 1 an et demi il tente de déposer sa demande d’asile.

Transféré une première fois en Italie qui n’a pas traité sa demande, il est revenu rapidement en France. Mais une seconde décision de transfert vers l’Italie lui est notifiée le 28 juin.

Il n’a jamais failli aux injonctions de la Préfecture de la Creuse. Alors même qu’il savait l’expulsion probable, il s’est toujours rendu aux convocations qui lui ont été notifiées par l’administration.

Le 9 juillet, il est convoqué en gendarmerie de Felletin en vue de son placement en centre de rétention. Là encore, il s’y rend. Suit un passage en force pour le placement en centre de rétention. Le 11 juillet, il est libéré.

Mais ce n’est pas la fin. Son refus de monter dans l’avion, parce qu’il n’est plus en procédure Dublin, le ferait plonger dans une autre case : la « fuite ». Ce nouveau « statut » repousserait encore la date d’enregistrement de sa demande d’asile de 12 mois.

Aujourd’hui un référé a été étudié par le tribunal administratif de Limoges. Face à tant d’aberrations humaines et juridiques, la préfecture a reculé. Il pourra déposer sa demande d’asile.

Sa situation est représentative à double titre : la capacité d’un accueil humain par une population solidaire, ses élu·e·s, et les pratiques de l’administration ayant pour objet de créer l’impasse. En 2017, 41 500 personnes étaient « dublinées ».

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.