Nord-Picardie

» retour

Grande-Synthe : le Conseil d’État somme le préfet du Nord à pourvoir aux besoins fondamentaux des personnes exilées

25 juin 2019

Par une décision en date du 21 juin, le Conseil d’État vient de confirmer la carence des autorités en matière d’accès à l’eau, à l’hygiène et à des sanitaires. Il enjoint en conséquence au préfet du Nord d’installer des points d’eau, douches et sanitaires en nombre suffisant, ainsi que de mettre en place des maraudes pour informer les personnes exilées de leurs droits.

A la suite d’une enquête sur les conditions de vie des personnes exilées à Grande-Synthe, La Cimade, en soutien de deux personnes exilées, a saisi le tribunal administratif de Lille en référé-liberté avec 8 autres associations (Auberge des Migrants, DROP Solidarité, Fondation Abbé Pierre, GISTI, Ligue des droits de l’Homme, Médecins du Monde, le Refugee Women’s Centre et Salam Nord/Pas-de-Calais).

Alors que 700 personnes (sur)vivent sur la commune dans des conditions d’extrême précarité (dans et autour du gymnase ouvert par la mairie ainsi que dans le bois du Puythouck), il était demandé que des mesures urgentes soient prises afin de sauvegarder la dignité des personnes et de garantir le respect de leurs droits fondamentaux dans l’attente de propositions d’hébergement dignes et pérennes.

Le 9 mai, le tribunal administratif a rejeté notre requête tout en reconnaissant la situation alarmante, sur le plan sanitaire, et les insuffisances manifestes en termes d’accès à l’eau et aux toilettes des personnes installées sur la commune.

Face à cette décision, nos 9 associations ont déposé une requête en appel, à laquelle s’est jointe la mairie de Grande-Synthe. Par une décision en date du 21 juin, le Conseil d’État vient de confirmer la carence des autorités de l’État en matière d’accès à l’eau, à l’hygiène et à des sanitaires. Il enjoint en conséquence au préfet du Nord d’installer des points d’eau, douches et sanitaires en nombre suffisant, ainsi que de mettre en place des maraudes pour informer les personnes exilées de leurs droits.

Cependant, de nombreux points ont été écartés par le Conseil d’État, comme la suspension des expulsions (une quarantaine ont été comptabilisées sur le bois du Puythouck depuis janvier), ou la mise en place de structure d’hébergement pérenne sur le Dunkerquois, au motif que cela ne relevait pas de l’office du juge des référés.

Malgré cette victoire en demi-teinte, d’autres pistes contentieuses sont étudiées et nous continuons de nous mobiliser afin d’exiger des solutions d’hébergement adaptées et pérennes ainsi qu’un accueil inconditionnel des personnes vulnérables.

 

Auteur: Région Nord-Picardie

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.