fbpx
Ile-de-France

» retour

Incendie au centre de rétention du Mesnil-Amelot

20 janvier 2021

Ce matin, aux alentours de 11h00, deux bâtiments du CRA n°3 du Mesnil-Amelot ont été incendiés. Ces évènements se déroulent dans un contexte de tensions qui dure depuis plusieurs semaines.

Deux bâtiments du CRA n°3 du Mesnil-Amelot ont été incendiés dans la matinée du 20 janvier 2021. Ces événements sont le paroxysme d’une situation de plus en plus explosive dans ce CRA ces dernières semaines.

Alors que la loi prévoit que le maintien en rétention doit être limité « au temps strictement nécessaire » à l’organisation de l’expulsion, des personnes sont aujourd’hui enfermées abusivement au vu de la crise sanitaire qui limite grandement les déplacements internationaux.  De plus en plus souvent, cet enfermement est anormalement long, atteignant fréquemment la durée maximum de rétention fixée à trois mois.

Mais, pour certain·e·s, le calvaire ne s’arrête pas là.

La Cimade constate qu’une grande partie des personnes qui atteignent les 90 jours d’enfermement sont placées en garde à vue et poursuivies pour « obstruction » à la mesure d’éloignement dont elles font l’objet. Ceci notamment pour avoir refusé de se soumettre à un test PCR nécessaire aux autorités françaises pour réaliser une expulsion. Les préfectures organisent une forte pression pour que les personnes se plient à ces tests. Beaucoup refusent, sont poursuivies à la demande des préfectures et condamnées alors même qu’il s’agit d’un test médical invasif auquel tout un chacun doit pouvoir consentir librement.

Les condamnations observées sont très lourdes puisqu’elles peuvent aller jusqu’à des peines de prison ferme de plusieurs mois ou des interdictions du territoire français. Les personnes condamnées, soit à leur sortie de prison, soit immédiatement après le jugement, sont replacées en CRA. La durée de maintien en rétention est alors considérablement allongée puisque les personnes peuvent à nouveau être enfermées jusqu’à 90 jours, dans un cercle vicieux sans fin.

C’est dans ce contexte d’enfermement souvent sans fondement et anormalement long que La Cimade observe que les personnes se révoltent, ce qui conduit à des actes de désespoir comme les départs de feux qui ont eu lieu le 20 janvier 2021.

La Cimade appelle le gouvernement à cesser d’utiliser les centres de rétention, en particulier dans ce contexte sanitaire, ainsi qu’à mettre un terme à ces pratiques d’enfermement au caractère punitif qui portent atteinte aux droits et à la dignité des personnes étrangères.

Auteur: Admin_Ile_de_France

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.