Outre-Mer

» retour

Moyens insuffisants et déresponsabilisation : À Mayotte, où est l’Etat ?

1 mai 2020

Voilà près de 8 semaines que le confinement a commencé, et bientôt 8 semaines qu’à Mayotte des familles entières se trouvent dans le dénuement le plus total, sans accès à l’eau et à une alimentation de base. Dès le début de la crise, La Cimade avait alerté les pouvoirs publics sur les conséquences dramatiques que pourraient avoir le confinement à Mayotte. Si les autorités ont commencé timidement à se mobiliser, la réponse est non seulement bien trop tardive mais aussi largement insuffisante.  

Difficile de critiquer l’action de l’Etat en cette période difficile sans avoir un retour de flamme mais nous avons décidé de continuer à faire notre travail, celui d’informer et d’alerter l’opinion publique. Nous ne sommes pas des logisticiens en mesure d’organiser l’approvisionnement en eau et en nourriture des dizaines de milliers de personnes actuellement privées de tout revenu sur l’île. Nous pouvons cependant y contribuer en mettant en lumière les insuffisances du dispositif actuel. 

Les actions d’urgence à Mayotte ne semblent pas relever d’un véritable plan opérationnel et coordonné que l’on serait en droit d’attendre de la 5e puissance mondiale. Il est évident qu’un territoire précarisé et laissé pour compte depuis tant d’années ne peut se transformer en une nuit. Toutefois, pour tenter de pallier ces lacunes, encore faut-il mettre les moyens suffisants.  D’une part, les budgets alloués par l’Etat sont très largement insuffisants. D’autre part, la Préfecture a fait le choix de déléguer officieusement la partie essentielle de la distribution à des structures associatives sans établir de modus operandi au préalable. Les difficiles missions de quadrillage du territoire, d’identification des besoins de la population et de distribution des bons leur reviennent quasi-entièrement, alors même qu’elles n’en ont objectivement pas les capacités ni les compétences. En effet, les associations mandatées ne sont pas formées à ce type d’action et ne sont pas épaulées. Elles peinent pour la plupart à trouver une organisation correcte car le courage et la bonne volonté ne suffisent pas mais ces dernières seront certainement les premières désignées en cas d’échec.

Les autorités affichent clairement la volonté de n’oublier personne quelque soit la situation administrative. Pourtant, certains quartiers n’ont toujours pas vu l’ombre d’une distribution. Les listes de familles en grande détresse restent trop souvent sur les bureaux des CCAS qui tardent à remonter les noms aux associations chargées de l’aide.

Quant à l’accès à l’eau et à l’installation de nouvelles rampes promises par le Préfet, malgré l’urgence, la mise sur le circuit de distribution via les doukabé (supérettes locales) de nouvelles cartes magnétiques pour les bornes fontaines payantes et l’ouverture dans chaque village d’un point d’eau gratuit se font encore trop attendre. Dès lors, même si la responsabilité revient en priorité aux mairies, l’Etat ne devra-t-il pas s’expliquer devant la justice comme dans certains départements de métropole ? En effet, il a déjà été condamné pour sa carence en matière d’accès à l’eau car les juridictions considèrent qu’il s’agit d’ “atteinte grave et manifestement illégale à la dignité humaine”. Après 8 semaines de confinement, alors que l’épidémie n’a pas encore atteint son paroxysme et que Mayotte est déjà le DOM le plus touché, la France doit assumer ses responsabilités auprès de toute la population et dans tous ses territoires, sans distinction et sans discrimination.

 

Auteur: Région Outre-Mer

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.