Ile-de-France Champagne Ardennes

» retour

“Je suis cette personne au cœur du mépris…”

4 janvier 2018

Du 21 septembre au 5 novembre 2017, Amir a été enfermé 45 jours au CRA2 du Mesnil-Amelot. L’administration n’ayant pas réussi à obtenir des autorités marocaines le laissez-passer indispensable à la mise en œuvre de son expulsion, il a finalement été remis en liberté – non sans avoir cru être renvoyé la veille de sa libération. Amir a témoigné par écrit de son parcours et des circonstances qui l’ont conduit au centre ; ce sont ses mots que nous reproduisons ici.

Bonjour

Voici ma lettre de souffrance.

Je suis jeune marocain, je suis ces 34 ans de vécu.

Je suis cette personne au cœur du mépris…

Depuis 2012, j’ai quitté mon beau pays pour un autre beau pays.

Sauf comme on dit…

Toutes les belles choses ont une fin…

Depuis que mon aventure en France a commencé

J’ai vu… J’ai vu des vertes et des pas mûres.

J’ai survécu du mieux que je pouvais jusqu’en 2014…

J’ai décroché un boulot dans un chenil aux Yvelines…

Tout allait bien…

Mis à part mes compétences en ce qui concerne le dressage, j’aimais vraiment mon métier, je me suis investi pleinement…

J’ai tout fait pour la progression de la société…

Et un jour… ce fameux jour où j’ai glissé, où je n’ai pas su me lever.

Pompiers, médecins, collègues… Entouré par un tas de monde, je ne sentais plus mes jambes, j’avais peur…

En pleine hospitalisation, j’ai eu la surprise d’une vie…

Mon patron, avec sa courte mémoire, a eu la mauvaise idée de me dénoncer auprès des autorités… Evitant ainsi tous les aléas de l’accident du travail… Dix ans que je suis un sans papier, oubliant que j’ai un minimum de droits…

Nous sommes déjà aux prud’hommes…

Mais lui se trouve entouré des siens, face à sa cheminée, et moi, dans ce froid de canard, entouré par mes semblables, tel un colis attendant l’expédition…

A cause de cet accident, j’ai un kyste de Tarlov.

Honnêtement, je ne sais pas qui est ce Tarlov, mais le docteur m’a dit qu’il en a souffert lui aussi…

Je pisse dans des bouteilles.

Je passe mes journées au lit.

Dans un lieu cauchemardesque.

Dans un état humiliant…

Pourquoi ? Pour quelles raisons ?

Je ne sais pas, je ne sais plus…

Je sais qu’il me reste quatre jours. Je vais quand même au tribunal aujourd’hui… En ayant un vol programmé pour mon J-1 !! Une fin de rétention le 5 et un vol au Maroc le 4 !!

Que dire ?

Que faire ?

Qu’a-t-on fait pour mériter tout ça ?

Que sommes-nous dans l’échelle humanitaire ?

A quand et à quoi s’attendre ?

Où aboutira cet ENFER-moments ?

 

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.