Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Sud-Ouest

» retour

Grève de la faim au centre de rétention de Cornebarrieu

20 avril 2010

En couple avec un ressortissant français, gérante d’un salon de coiffure à Castres (Tarn), Patricia John est actuellement retenue au centre de rétention de Cornebarrieu. Pour protester contre son expulsion imminente, la jeune femme est en grève de la faim depuis le 16 avril.

Grève de la faim au centre de rétention de Cornebarrieu

En couple avec un ressortissant français, gérante d’un salon de coiffure à Castres (Tarn), Patricia John est actuellement retenue au centre de rétention de Cornebarrieu. Pour protester contre son expulsion imminente, la jeune femme est en grève de la faim depuis le 16 avril.

Patricia John, de nationalité libérienne, vit en France depuis 7 ans. En raison de son divorce d’avec un français, avec lequel elle a été mariée pendant trois ans, Patricia n’a pas obtenu le renouvellement de son titre de séjour. Le 15 avril dernier, elle s’est rendue volontairement à une convocation de police. Placée immédiatement en garde à vue, puis en centre de rétention, Patricia doit être expulsée dans les prochains jours. Depuis le 16 avril, elle a entamé une grève de la faim.

Depuis deux ans, Patricia a refait sa vie avec un français. Le couple était sur le point de déposer un dossier de mariage. Gérante d’un salon de coiffure très fréquenté à Castres depuis 3 ans, Patricia emploie actuellement une apprentie. Elle ne dispose plus d’aucune attache au Libéria, ses parents étant décédés et sa sœur vivant en Angleterre.

L’expulsion programmée de Patricia John provoque un vif émoi à Castres où la jeune femme est pleinement intégrée. Un comité de soutien constitué de plusieurs associations et élus s’est constitué. Un rassemblement réunissant 200 personnes a eu lieu hier devant la sous-préfecture de Castres. Une pétition a déjà réuni plus de 3500 signatures en moins de 48 heures pour demander la libération de Patricia.

L’expulsion programmée de Patricia John illustre une nouvelle fois les effets insupportables d’une politique du chiffre, qui au mépris des droits humains les plus élémentaires, s’attaque à des étrangers dont la vie personnelle, professionnelle, familiale et amoureuse est profondément enracinée en France.

Nous demandons instamment au Ministre de l’immigration d’ordonner la libération et la régularisation de Patricia John.

Signataires du communiqué de presse
Associations/syndicats : MRAP, Ligue de Droits de L’Homme, La Cimade, Amoureux au Ban Public, Castres A Gauche Vraiment, ATTAC, CGT ;
Partis politiques : Section de Castres ; du PCF, PCF 81, Parti de Gauche 81, NPA81, Les Verts 81, Les Alternatifs 81, Section PS – Castres
Élus: Philippe Guérineau, Monique Maynadier, André Martinez, Géraldine Rouquette, Robert Gourjade, Samuel Cèbe, Martine Moron (conseillers municipaux de Castres), Jeanne Jimenez (Conseillère Régionale Front de Gauche), Martine Gilmer (conseillère régionale PS).

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.